Embarquement immédiat (I): The French Class San Francisco

bremonEmbarquement immédiat nous emmène ce mois-ci dans l’état de Californie à San Francisco à la rencontre de Dominique Bremond PDG de la French Class San Francisco et traductrice pour le consulat de France.

C’est au 550 Sutter street dans un immeuble moderne que cette école a vu le jour un janvier de 1992.

Dominique Bremond arrive aux Etats-Unis en 1981 comme professeur de français à l’Alliance Française, mais donne aussi des cours privés dans la région. Devant le nombre croissant de ses élèves et poussée aussi par eux, elle se lance dans cette belle aventure qu’elle ne va pas regretter.

Rien ne garantissait le succès d’une telle entreprise car nous sommes en Californie, un état à forte concentration hispanique de part sa proximité avec le MexiqueMais, Dominique Bremond comprend vite que les intérêts pour le Français sont tout autre et que les élèves qu’elle avait s’intéressent au Français pour des raisons culturelles , par curiosité ou par l’amour de la langue.

Elle se lance donc et s’installe au 5eme étage de cet immeuble à Sutter street. C’est un vrai succès. L’endroit devient trop petit et  elle déménage en 1997 au 5ème étage. L’école peut accueillir 5 classes.

Elle prend le risque de proposer des cours particuliers par Skype dans tous les Etats Unis en faisant appel à des professeurs de la région, sinon d’autres arrivent de France  lorsque les formalités administratives le permettent.

L’âge des étudiants varient. Elle esquisse un sourire communicatif lorsqu’on lui demande :

C’est un peu comme Tintin.  dit elle.   Cela va de 7 à 77 ans.

Pourtant peu de jeunes en bas âge. Ce sont surtout de  femmes trentenaires  qui viennent apprendre le Français environ 70%. 

Certains élèves sont restés fidèles à l’école. Ils viennent depuis au moins 20 ans. Ils vieillissent avec l’école. Ce sont les amoureux de la langue françaises, des amis de la French Classs.

L’école reçoit trois types d’étudiants

1. Des personnes désirant visiter la France et se débrouiller aux restaurants , en avion et sur place.

2. Ceux qui ont appris la langue et ne veulent pas perdre la pratique.

3. des habitués qui ont intégré dans leur activités le français, comme ils intégreraient le cours d’équitation , de tennis ou de golf.

L’éloignement avec la France ne pose pas de problème, mais Dominique fait remarquer qu’elle a dû elle-même fabriquer son matériel pédagogique en fonction de ses étudiants. C’est ainsi qu’elle a développé des ateliers de français permettant aux étudiants de tester l’expérience à la française. Pour encourager les élèves à pratiquer le français , elle crée des liens avec les restaurants et les bars français de San Francisco. Il est toujours intéressant de se lancer et de pouvoir commander son repas tout en français.

Un école indépendante, la seule de la  Californie,  probablement la seule des Etats-Unis si on exclut, bien entendu, les Alliances Françaises qui ont un autre mode de fonctionnement. Mais, le travail de Dominique va au delà de l’enseignement de la langue . Des français installés depuis des années en Californie sont parfois déroutés par les demandes administratives françaises et ne comprennent pas toujours. C’est avec grand plaisir que Dominique se charge de les aider parfois au delà de ce qu’ils espèrent. 

Si on ne  continue pas à monter et à changer c’est l’échec. Dominique Bremond, une française devenue citoyenne américaine

Dominique Lancastre, Embarquement immediat numéro 1

15401467_10154813332294133_1271270907_n

Related posts:

Laisser un commentaire

*