Aiguilles de soufre

 

À la sortie de certaines fumerolles volcaniques, qui sont appelées solfatares, se forment des magnifiques et éphémères aiguilles de soufre élémentaire.

 

Bouche d'une fumerolle
Bouche d’une fumerolle du cratère Stefanos sur l’île de Nisyros (Grèce).

Les émissions gazeuses des solfatares sont composées à 90% d’eau sous forme de vapeur et de composés volatiles divers: CO2, CH4, NH3, H2S,… Elles sont entourées par des dépôts de soufre, qui se forme de l’oxydation du sulfure d’hydrogène (H2S) avec l’oxygène de l’air. Le soufre ainsi formé se dépose aux bord des solfatares sous forme de cristaux monocliniques qui, à basses températures, deviennent lentement des agrégats pulvérulents. Le soufre est un élément allotropique, ce qui signifie qu’il existe sous différentes formes physiques selon les conditions de température et de pression.

Cristaux éphémères de soufre
Cristaux éphémères de soufre, cratère Stefanos sur l’île de Nisyros (Grèce).

Dans presque toutes les régions volcaniques on a des champs de solfatares. Les plus célèbres sont la «Solfatara» de Pozzuoli, proche de Naples, ou encore ce de Vulcano.

Les champs solfatariens sont des environnements très dangereux à cause de la toxicité de leurs émanations et parce que les sols et les roches, très altérés par l’action hydrothermale, peuvent céder sous le poids d’un homme et lui causer de sérieuses brûlures.

Vulcano
Champ solfatarien de Vulcano (Italie, îles éoliennes).

Des bruits inquiétants, fascinants et l’odeur nauséabonde des champs solfatariens (qui rappelle celle de l’œuf pourri), les avaient, jadis, assimilés aux portes de l’enfer. Selon la mythologie grecque, sur Vulcano (îles Éoliennes), il y avait la forge du dieu du feu et des métaux appelé Héphaïstos, il était aidé par le Cyclopes. Pour les Romains Héphaïstos devint Vulcain (Vulcanus en latin) d’où dérive le nom de l’île Vulcano et le terme qui désigne les volcans.

Vulcano
Fumerolles du volcan de la Fossa sur l’île Vulcano (Italie, îles éoliennes).

La température et la composition chimique des gaz émis par un champ de fumerolles sont souvent surveillées puisque leurs changements sont des indicateurs de l’activité future du volcan.

Gouffre Tarissan du volcan de la Soufrière en Guadeloupe.
Gouffre Tarissan, une des nombreuses fumerolles du volcan Soufrière de Guadeloupe. La végétation jaunâtre démontre la toxicité des émanations.

La Soufrière de Guadeloupe est un bon exemple de volcan surveillé constamment par les volcanologues, afin de prévoir le degré de danger pour la population concernée.

La Soufrière est un volcan actif de type explosif qui a déjà connu de nombreuses éruptions magmatiques et phréatiques. Depuis 1992, son activité sismique, fumerollienne et thermale est globalement en lente augmentation. Ces phénomènes poussent l’observatoire volcanologique à poursuivre scrupuleusement la vigilance instrumentale. Cependant aucune activité éruptive n’est à prévoir prochainement, mais le niveau actuel reste en vigilance.

Francesca Palli

 

Related posts:

Laisser un commentaire

*