Origines, quelles origines ? Différences, quelles différences ?

 

logoplu« Enrichissons-nous de nos mutuelles différences » écrivait Paul Valery. « Différences », quel sens donner à ce joli mot dans le monde hyper connecté qui est le nôtre ? Existe-t-il encore sur cette planète des petits carrés de terre qui n’auraient pas succombé au charme délétère de l’uniformité, ne se seraient pas encore soumis à la conformité des modes ou des mœurs, en un mot, qui auraient gardé intacts – ou presque – leurs coutumes, leur culture, leur identité ?

 

Loin de l’exotisme – mot trivial et galvaudé par les clichés de cartes postales – je suis souvent partie loin, sur les traces de ce que Victor Segalen appelait le « divers », donc de « l’autre », donc du « différent », un « différent » fragile, menacé et forcément passionnant.

SUMATRA 20160309_152417 (1)Certains peuples sont restés longtemps à l’écart de la modernité, consolidant ainsi leur propre identité au fil du temps. C’est le cas des Bataks, « peuple dynamique venu de la lointaine Mongolie » (1) (comme beaucoup d’autres ethnies installées dans les montagnes de Thaïlande, de Birmanie ou du Laos). Ils ont – au cours des siècles – traversé de nombreux royaumes sans frontières et ont fini par s’installer, il y a environ 2 500 ans, sur l’île de Samosir et autour du lac Toba, au nord de l’île de Sumatra. Plus tard, leur mode de vie a subi de profonds changements sous l’influence de la colonisation et de la domination Batave, à une époque où l’Indonésie s’appelait « les Indes Néerlandaises ». Vers 1900, les missionnaires les convertirent au protestantisme, religion différente de celles dont la diffusion s’était faite par le biais de réseaux commerciaux avec les marchands étrangers (Bouddhisme, Hindouisme, Islam). Un protestantisme moins rigoureux, moins compassé que celui pratiqué alors aux Pays-Bas, car les missionnaires eurent la sagesse de ne pas interdire aux Bataks leurs pratiques animistes, mieux, ils les magnifièrent parfois, créant ainsi ce que certains appelèrent « une religion indigène » où se mêlent toujours culture chrétienne et rites animistes. La même sagesse prévaudra pour les Torajas des Célèbes. Batak et Toraja, deux ethnies chrétiennes qui vivent aujourd’hui, sans problème apparent, en terre d’Islam et dans le plus grand pays musulman du monde. Toutefois « l’Indonésie n’est pas un pays musulman » (dans le sens où l’Islam n’y est pas religion d’état) d’après le chercheur Anda Djoehana Wiradikarta, « même si plus de 85 % de la population se dit musulmane », même si la charia commence à pointer le bout de son nez dans la région d’Aceh au nord-ouest de Sumatra, région dévastée en 2004 par le tsunami qui fit des centaines de milliers de victimes. Si les différentes religions se côtoient sans trop de problèmes, « c’est sans doute l’héritage d’un mouvement né sous les Hollandais dans les années 1910 qui entendait fonder une nation dans laquelle aucune religion n’aurait la préséance. C’est ainsi que christianisme et l’Hindouisme font partie de la diversité qui constitue l’identité indonésienne aujourd’hui » (2)

 

La république aux îles multiples (plus de 13 000 îles, dont Bornéo, Java, Sumatra, Moluques, Flores, Bali…), compte 36 régions, les Bataks vivant à « Sumatera Utara » (Sumatra Nord). Depuis 1990, le gouvernement indonésien autorise le principe du « Dalihan Ta Tolu », mot Batak qui signifie : autorisation de pratiquer coutumes et traditions chrétiennes et animistes, dans la région. Il accorde même le droit officiel d’en faire la promotion (articles 5 et 8 des Règlements Régionaux).

 

FUNERAILLES BATAK 1L6A5496La modernité a fait récemment son entrée dans la vie des Bataks, dont beaucoup sont connectés à Internet (ce qui me permet de rester en contact). Dans les années 60-70, le lac Toba fascinait nombre de voyageurs, hippies et routards occidentaux – dont j’étais – et l’air, autour du village de Tuk-Tuk sur l’île de Samosir, résonnait de musique pop américaine tandis que dans la nuit, montaient vers le ciel des volutes bleues qui n’avaient rien à voir avec la fumée des traditionnelles « rokok kretek » (cigarette au clou de girofle). Depuis, l’Islam s’est radicalisé et la crise financière de 1997 a mis un frein à la vague de « tourisme cool ». De nombreux hôtels et guesthouses sont aujourd’hui laissés à l’abandon, quant aux nouveaux visiteurs – musulmans Javanais ou Malais – ils répugnent à séjourner sur l’île où la nourriture des restaurants n’est pas certifiée « halal ».

 

Le mot « Batak » déjà utilisé au XVIIe siècle – et que certains attribuent à Marco Polo – vient en fait d’un surnom dont les « mahométans » (on ne disait pas musulmans à l’époque) affublèrent ces « bouffeurs de cochon ». Certains restaurants en ont fait leur spécialité et les Bataks tirent une grande fierté de cette « différence » qui les distingue des Jawi et des Malais ; c’est aussi un terme, qui, dans le passé, était associé à « cannibalisme ». On peut encore entendre aujourd’hui, dans la bouche de musulmans : « Batak makan orang » (Batak mangeurs d’hommes) Mais ils ne mangeaient – paraît-il – que leurs ennemis ! Cannibales donc, comme d’autres tribus de Bornéo et plus récemment dit-on, comme les Khmers Rouges du Cambodge qui mangeaient le foie de leurs ennemis pour s’approprier leur courage.

FUNERAILLES 20160309_134528Toba, terre des Bataks, endroit unique et magique pour qui s’imprègne de son histoire ! L’éruption de Toba faillit éteindre l’humanité entière il y a environ 75 000 ans (73 890 selon l’archéologue Mickaël Storey). Les gaz et fumerolles dégagés par son gigantesque cratère assombrirent la surface entière de la terre pendant plusieurs années, la privant de la lumière et de la chaleur du soleil, instaurant ainsi une longue période glaciaire. Selon les spécialistes, l’éruption aurait dégagé l’équivalent d’un milliard de tonnes de TNT, soit 67 000 fois la bombe d’Hiroshima. Le super volcan s’effondra ensuite sur lui-même, donnant ainsi naissance à la plus grande caldeira du monde : un lac de 100 kilomètres de long, 30 kilomètres de large et 500 mètres de profondeur à certains endroits.

Selon la « théorie de la catastrophe de Toba » (3), cette éruption, que des scientifiques appelèrent « goulot d’étranglement de la population », aurait grandement modifié le cours de l’évolution humaine en faisant disparaître de nombreuses espèces : animaux et hominidés, ne laissant subsister qu’une population résiduelle (des biologistes moléculaires parlent de quelques milliers d’individus seulement) vivant en Afrique Orientale, considérée par les paléontologues – dont Yves Coppens – comme le « Berceau de l’humanité ». Selon glaciologues et volcanologues, l’analyse des éléments génétiques suggèrent que les habitants actuels – en dépit de leur apparente variété – descendraient d’un même petit groupe d’Homo Sapiens. En utilisant les taux moyens de mutations génétiques, ces généticiens ont estimé que ce petit groupe venu d’Afrique Orientale vivait à une période contemporaine de la catastrophe de Toba, il y a environ 75 000, ce qui confirme la thèse de « la théorie de la catastrophe de Toba ». « A partir de cette extinction massive d’êtres vivants : plantes, animaux et hominidés, les derniers rescapés du super volcan Toba auraient rayonné lorsque, bien plus tard, le climat et d’autres facteurs, redevinrent plus favorables. Partant d’Afrique Orientale, ils migrèrent vers l’Indochine et l’Australie et plus tard vers le Moyen Orient. Les différentes couleurs de peau apparurent avec le temps, dues à des niveaux variés de rayons UV. L’Europe se serait ensuite peuplée grâce aux flux migratoires venus d’Asie Centrale, vers la fin de l’âge glaciaire et au fur et à mesure que les conditions climatiques devenaient plus clémentes ». Ces généticiens auraient également noté une unité culturelle humaine au travers de l’analyse des langues et des mythes fondateurs.

 

Réalité terrible et merveilleuse ! Quant aux mythes fondateurs, on retrouve chez les Bataks, comme chez de nombreuses autres ethnies, la fameuse histoire du déluge.

Voici le récit du « Poisson d’or » ou le déluge vu par les Bataks.
Le « poisson d’or » (ikan mas arsik) est aussi un des plats traditionnels de la cuisine Batak.

TOBA 1L6A5693 (1)… Il y a très longtemps, un jeune fermier du nom de Toba, pêchait au bord d’une rivière. Dans son filet, il attrape un poisson doré qui le supplie de le libérer. Surpris, le fermier relâche le poisson qui se transforme aussitôt en sublime princesse. « Tu m’as délivrée d’un sort » dit-elle à l’homme, « et pour te prouver ma gratitude, je veux bien être ton épouse. Mais tu dois me faire le serment de ne jamais révéler notre histoire sous peine de provoquer la pire des catastrophes ». Le fermier promit et bientôt naquit un garçon. Des années passèrent et le fils du fermier et de la princesse devint un adolescent insouciant. Un jour sa mère le charge d’aller porter un plat à son père qui travaille loin de la maison, mais le jeune garçon s’amuse en route, et, affamé, mange la nourriture destinée à son père. Celui-ci, furieux, lâche un inconscient : « espèce de fils de poisson » ! En rentrant chez lui, le gamin demande à sa mère s’il est vraiment le fils d’un poisson. Sa mère lui ordonne aussitôt de se rendre sur la plus haute colline proche de leur maison. Le fils obéit tandis qu’elle retourne à l’endroit où son mari l’avait pêchée quelques années plus tôt. Puis le ciel s’assombrit, l’orage éclate et la pluie se met à tomber sans discontinuer, jusqu’à inonder complètement la vallée, à l’exception de la colline (représentée aujourd’hui par l’île de Samosir au milieu du lac).
On raconte, et tous les Bataks le croient, que le fils sauvé des eaux (sorte de Noé de la Bible) est l’ancêtre de leur tribu.

On ne peut se promener sur le lac Toba sans ressentir ce frisson venu des entrailles de la terre. Sans se souvenir de la colère du ciel provoquant un véritable déluge. Sans garder à l’esprit les conséquences de l’éruption de ce super volcan. Et sans oublier qu’il ne faut jamais trahir un serment.

 

Pour certains, l’identité n’est qu’une fiction qui se résumerait à un ensemble de valeurs propres à une communauté, mais une identité, ça se construit selon un long processus qui se renforce avec le temps et finit par réunir tout un peuple, en l’aidant à traverser les âges. Et qui sait, en lui garantissant peut-être sa survie.On peut bien tous venir d’une même famille ADN, le besoin de se créer une identité propre est aussi vieille que le monde, depuis ce fameux jour où quelques milliers de rescapés, ayant survécu à l’éruption du Toba et à l’ère glaciaire qui s’ensuivit, se mirent en route pour migrer à travers les continents.

Ne trouve-t-on pas des coutumes identiques à Madagascar, Sumatra et Célèbes concernant le culte des morts par exemple ?
Une identité pour se sentir moins seul sur cette petite planète, ce minuscule point dans l’univers aux limites inconnues.

 

Le 8 juin 2014, Géologues et géophysiciens australiens et indonésiens se réunissaient et déclaraient que le mont Toba contenait toujours une chambre magmatique dangereuse dont l’activité devait être étudiée en permanence. Ils auraient d’ailleurs remarqué d’étranges odeurs de soufre et une montée anormale des eaux du lac.

 

Map_Laketoba_Asienreisender_700pxs (1)

Michèle Jullian

Ouvrages consultés :

– (1) Yetty Aritonang, Parlons Batak, l’Harmattan
– (2) Anda Djoeuhana Wiradikarta Le christianisme en Indonésie
– (3) Thèse de la journaliste scientifique Ann Gibbons en 1993, soutenue par Michael Rampino (Université de New York) Stephen Self (Université d’Hawaï) Stanley Ambrose (Université de l’Illinois)
– Patrice Levang, La terre d’en face, Ed l’Orstom
– Achim Sibeth, Les Bataks, un peuple de l’île de Sumatra . Ed. Olizane
– Bulletin des Sciences géographiques, économie publique et voyages
. On a retrouvé, dans la Grande grotte de Niah à Sarawak (Malaisie Orientale), un crâne humain daté de 40 000 ans. C’est également la date des peintures rupestres de la grotte de Maros aux Célèbes. Des migrations possibles car le niveau des mers était plus bas qu’actuellement. Le niveau est remonté il y a 5 ou 6000 ans, pour atteindre la situation actuelle, coupant ces populations du continent asiatique et empêchant d’autres migrations.

www.pluton-magazine.com

pluto2

Related posts:

Laisser un commentaire

*