La sédentarité, un mal de plus en plus mortel

Ne bouger plus, sinon je tire !
Qui ne connaît pas cette réplique de scénario ? Malheureusement, la victime finissait souvent par mourir, qu’elle ait bougé ou pas. Aujourd’hui, l’arme du crime est mondiale et est créée par la mutation de notre environnement. Elle nous tient en joue au quotidien jusqu’à ce qu’elle appuie sur la gâchette. Elle est omniprésente et elle s’appelle la sédentarité.

logopluL’OMS  ( Organisation Mondiale de la Santé) rappelle que le manque d’activité physique peut avoir de graves conséquences pour la santé. On lui attribue environ deux millions de morts par an, ce qui amène l’OMS à lancer un avertissement : la sédentarité pourrait bien figurer parmi les 10 principales causes de mortalité et d’incapacité dans le monde.
« Si nous ne changeons pas notre mode de vie, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous vivrons moins vieux que nos parents ». C’est le cri d’alarme que lance le Pr François Carré dans son livre : Danger sédentarité, paru aux éditions du Cherche-Midi. Cardiologue et médecin du sport au CHU de Rennes et cofondateur de l’Observatoire de la sédentarité, il rappelle que notre corps est fait pour bouger plus :

« Nous avons des muscles, des tendons, des ligaments, des articulations, un squelette : dans notre corps, tout est conçu pour marcher, courir, nager, même sur de longues distances. Notre histoire nous montre aussi que nous sommes faits pour bouger : notre vieil ancêtre, cet homme préhistorique, ce chasseur-cueilleur, parcourait environ 15 kms par jour. Nous ne marchons plus que 2 kms » (…) ; « Il faut avoir une activité physique, pas obligatoirement pratiquer un sport »… « Activité physique veut dire : marcher quand on téléphone, faire le ménage, jardiner… Toutes les études montrent que c’est l’activité physique qui diminue les risques de maladie ».
Cette sédentarité est délétère pour notre organisme.

« Pas trop vieux pour bouger »

Les dernières études montrent que, même en commençant tardivement, il y a un bénéfice, à tout âge, à pratiquer une activité physique : on multiplie par trois ses chances de mener une bonne vieillesse en bonne santé. C’est le résultat d’une étude qui vient d’être publiée dans le British Journal of Sports Medicine. L’OMS recommande aux personnes âgées de pratiquer 150 minutes d’activité physique d’endurance à intensité modérée, ou 75 minutes à intensité soutenue, chaque semaine.

« La sédentarité, une cause majeure de maladies et d’incapacités »

Il est urgent d’éviter les maladies et les incapacités provoquées par la sédentarité et des habitudes nuisibles pour la santé. La sédentarité renforce toutes les causes de mortalité, double le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’obésité et augmente les risques de cancer du colon, d’hypertension artérielle, d’ostéoporose, de troubles lipidiques, d’obésité, de dépression et d’anxiété. Selon l’OMS, 60 à 85 % de la population mondiale, dans les pays développés comme dans ceux en développement, ont un mode de vie sédentaire, ce qui en fait l’un des problèmes de santé publique les plus sérieux de notre époque, même s’il ne retient pas encore suffisamment l’attention. On estime aussi que deux tiers des enfants n’ont pas une activité physique suffisante, ce qui aura des conséquences graves pour leur santé à l’avenir.
La sédentarité, avec l’augmentation du tabagisme ainsi que les déséquilibres alimentaires, prend une part croissante dans le mode de vie actuel et entraîne une augmentation rapide de la fréquence des maladies comme les affections cardiovasculaires, le diabète ou l’obésité. Les maladies chroniques liées à ces facteurs de risque sont désormais les principales causes de mortalité dans toutes les régions du monde, sauf en Afrique subsaharienne où les maladies infectieuses comme le SIDA continuent de prédominer.

Manger, bouger pour votre santé !

Ce genre de slogan est devenu une signature publicitaire pour donner bonne conscience à ceux qui encouragent la malbouffe, le message véhiculé jusqu’au consommateur étant un refrain usé sans qu’il génère la moindre prise de conscience par ce dernier.
« Dans l’idéal, l’habitude d’un mode de vie sain, avec une activité physique régulière et un régime équilibré, se prend dès l’enfance et nous espérons que les parents et les écoles profiteront partout de cette journée pour diffuser ce message », a déclaré le docteur Gro Harlem Brundtland, Directeur général de l’OMS. Nous devons tous être prêts à bouger pour notre santé et à adopter un mode de vie sain et actif. La Journée mondiale de la Santé appelle les individus, les familles, les autorités locales et les responsables politiques à agir pour la santé.

 

« La sédentarité tue »

 

Nous avons cité l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, le cancer, autant de pathologies dont les causes sont connues : mauvaise alimentation, génétique, tabac, pollution, manque de dépistage… mais on occulte souvent un véritable fléau de notre époque, en forte croissance, qui se conjugue avec nos nouveaux modes de vie contemporains. L’une des causes de la sédentarité croissante actuelle est l’invasion des écrans dans nos vies. L’invention de la télécommande dans les années 50 était saluée comme nous accordant enfin le temps de profiter de notre canapé. Le temps passé à faire une activité physique est de plus en plus remplacé par une station prolongée devant la télévision, du temps passé à consulter nos tablettes, nos ordinateurs, à jouer à des jeux vidéo… En 2013, les 13-19 ans passent 13 h 30 par semaine sur le Web et 11 h 15 devant la télévision. Parallèlement, 42 % de la population active passe plus de 4 heures par jour assise et 3 h 17 devant des écrans.

 

Aujourd’hui, on reste assis (ce qui définit la sédentarité, du latin sedere, être assis) tous les jours de plus en plus longtemps (voiture, transports en communs, bureau, temps de loisir…). Les scientifiques se sont rendu compte que bien que le temps passé à faire de l’activité physique ait augmenté significativement ces vingt dernières années, il n’y avait pas eu d’effet net sur la baisse de l’obésité. Ceci s’explique car parallèlement, le temps journalier passé assis a augmenté. L’augmentation de la sédentarité est clairement liée au progrès. Plus précisément, la sédentarité croissante est liée à la mauvaise utilisation que l’on fait du progrès. Ainsi la prise de poids est très bien corrélée au temps passé assis en voiture ou devant la télévision et autres écrans.

 

En restant statique, on perd en qualité de vie et on accroît le risque de mourir plus jeune. Au travers de conseils médicaux et pratiques prodigués à tous (un homme pressé, une femme débordée, une ado complexée, son frère accro aux jeux vidéo, leurs grands-parents retraités…), le professeur Carré donne des pistes simples et personnalisées pour remettre de l’activité physique dans tous les modes de vie, sans pour autant inciter à devenir un sportif de haut niveau.

 

« Cet ouvrage part d’un constat alarmant et récurrent lors de mes consultations. Nos concitoyens ne mesurent pas à quel point ils se mettent en péril en ne pratiquant pas un minimum d’activité physique chaque jour. Trente minutes, même fractionnées dans la journée, suffisent pour ressentir tous les bienfaits sur sa santé à long terme. Il y a une réelle urgence à cette prise de conscience. Alors, pour aider chacun dans sa démarche personnelle, j’ai décidé de livrer le fruit de mon expérience et les conseils que je prodigue dans mon activité médicale quotidienne dans un ouvrage destiné à toute la famille », déclare t-il.

 

« Rester assis tue plus que le tabac »

 

Sans pour autant encourager le tabagisme qui est tout aussi nuisible pour la santé, la sédentarité tue plus que le tabac. C’est prouvé. Plus le temps journalier passé en position assise est élevé et plus courte est l’espérance de vie. Mais surtout, la sédentarité « encrasse » notre organisme et nos organes vont fonctionner moins bien, avec un niveau d’inflammation et de stress oxydant élevé. Ces dernières perturbations vont favoriser le développement de nombreuses maladies, comme les cancers. La sédentarité favorise tous les troubles musculo-squelettiques, mal de dos, de cou, d’épaule, qui sont responsables d’un grand nombre d’arrêts de travail. Chez le sujet âgé, la sédentarité favorise le développement de la maladie d’Alzheimer et le risque de chute. Enfin, la sédentarité favorise le développement de plusieurs désagréments qui nous gâchent la vie quotidienne : jambes lourdes, constipation, sensation de fatigue chronique, le moindre effort paraissant insurmontable.

 

« Tuez la sédentarité avant qu’elle ne vous tue »

 

Il est temps de prendre conscience que notre santé est un bien précieux et qu’elle dépend avant tout de nous, de nos mauvaises et bonnes habitudes. Il faut limiter la durée du temps passé assis ou sans bouger. Ainsi, si notre profession l’exige, se lever toutes les 2 à 3 heures pour se détendre pendant 2 à 3 minutes en marchant ou en s’étirant. Cette détente nous permettra d’être plus efficace lorsque l’on reprendra le travail. Par exemple, prendre l’habitude de téléphoner debout. Dans les transports en commun, ne pas se ruer sur la place assise si le voyage est court. Chaque jour, marcher d’un bon pas au moins 30 minutes. Pour cela, utiliser tous les moments qui nous permettent de bouger : ne pas prendre l’ascenseur pour deux étages, marcher dans les escaliers roulants, descendre une station de bus ou de métro avant sa destination, ne pas prendre sa voiture pour un déplacement de moins de 2 kilomètres, ne pas chercher à se garer au plus près de l’endroit où l’on se rend. Utiliser le vélo dans de bonnes conditions de sécurité dès que possible. Le midi, à la pause, raccourcir le temps du repas de 10 minutes pour faire une marche, avant ou après celui-ci. Le soir, une fois les activités journalières terminées, un court moment d’activité physique défatiguera bien mieux que de « s ‘effondrer » sur le canapé devant la télévision. Autant de petits gestes qui vont vous prolonger la vie.

Il est maintenant temps de vous mettre debout si vous avez lu cet article jusqu’au bout !

386718

Gorges Cocks (rédacteur Pluton-Magazine rubrique bien-être)

Secrétariat rédaction Colette Fournier

www.pluton-magazine.com

 

13221510_10209270579024708_3539638495116427192_n

 

Related posts:

Laisser un commentaire

*