La Société des Artistes Indépendants

Une histoire sans jury

 

12193646_422714154586486_1253509034728009166_nDans un jury, on ne peut pas trouver un public ; en revanche, dans un public, on a plus de chance de trouver un jury. Cette pensée est, à elle seule, susceptible de justifier la revendication des Artistes Indépendants de présenter en toute liberté leurs œuvres au public et de supprimer les jurys d’admission.

unebaignadeasniere

Une baignade à Asnière ( George Seurat)

df067b0808d4ba479e8803cf22ec4ebc

 La Seine (Paul Signac)

Le choix de ce principe comme élément fondamental de la Société des Artistes Indépendants  n’est pas un hasard. Il est la raison d’être du Salon des Refusés, émanation du Salon des Artistes Indépendants. C’est la conséquence de la sévérité du jury du salon de 1863 – ce dernier ayant refusé 3 000 œuvres sur les 5 000 qui lui furent présentées – et qui a suscité la colère des artistes refusés. Napoléon III dut leur concéder une exposition dans une salle voisine de l’exposition officielle.

Le Salon des Artistes  Indépendants  a vu le jour le 1er décembre 1884. Il devient le refuge des Refusés du fait que son principe est basé sur  l’abolition des jurys d’admission.

celebrite-signac-palette     seurat-georges-c-face-2-half

Paul Signac et Georges Seurat

Le mot Indépendant évoque la liberté et correspond parfaitement à la démarche artistique des artistes impressionnistes. Le Salon des Artistes Indépendants est étroitement lié au mouvement néo-impressionniste pour la simple raison que ses deux fondateurs sont Georges Seurat, précurseur  du “Divisionisme” dont l’œuvre Une baignade à Asnières, a été exposée en 1984 au premier Salon des Indépendants, en même temps que  l’œuvre  Le pont d’Austerlitz, de Paul Signac, fondateur du “Pointillisme”, qui fut président des Artistes Indépendants. En effet, ces deux artistes appartiennent au mouvement néo-impressionniste, une forme plus élaborée de l’impressionnisme. L’histoire de l’art a donné raison au Salon des Artistes Indépendants. Ce dernier a l’honneur et le privilège d’être le seul Salon de toute l’histoire à avoir exposé le grand artiste impressionniste Vincent Van Gogh. Selon l’historien d’art Jean Monneret : l’ancien sociétaire des Indépendants  Vincent Van Gogh exposa, de son vivant, en 1888, 1889 et 1890 au Salon des Indépendants. C’est également aux Indépendants qu’eut lieu en 1891 sa première rétrospective posthume. Puis à nouveau, en 1905, hommage lui fut rendu par l’exposition de 45 de ses chefs-d’œuvre. On peut, aussi, parler de l’œuvre d’Édouard Manet, précurseur de la peinture moderne,  Le Déjeuner sur l’Herbe, tableau qui s’est trouvé  au centre de la polémique suscitée lors du Salon des Refusés, en 1863, et qui, aujourd’hui, compte parmi les œuvres célèbres du Musée d’Orsay.

Dans une dynamique de rébellion, d’indépendance et d’innovation picturale, le Salon des Artistes Indépendants a marqué la rupture totale avec les jurys d’admission. Cette liberté lui a permis tout au long de l’histoire d’exposer des artistes aujourd’hui célèbres : Paul Cézanne, Paul Gauguin, Henri de Toulouse-Lautrec, Camille Pissarro, Georges Seurat, Paul Signac, Manet, Rousseau, Matisse, Botero, Chagall, Dali, Van Gogh, Modigliani, Kandinsky, Braque, Miro, Duchamp, Utrillo, Brayer, etc.

chambre_arles        195611

Van Gogh

Malgré l’absence totale d’un jury d’admission  au sein de la Société des Artistes Indépendants, cette dernière ne s’est pas trompée en  choisissant le  public comme jury. La célébrité d’artistes aujourd’hui connus et  qui, depuis 1884, ont participé au Salon des Indépendants, est la preuve qu’un jury n’as pas toujours raison. C’est l’histoire qui a toujours le dernier mot.

Evénement à venir

fb_img_1481116896450

Rédacteur Nadim Rachiq

Secrétariat rédaction: Colette Fournier

Copyright Pluton-Magazine/Paris 2016

Related posts:

Laisser un commentaire

*