Une promenade en poésie-saison 2: Laetitia Gand

 

 

Laëtitia GAND est née le 9 mai 1979 à Neufchâteau, dans les Vosges (88), en France. Auteure et chroniqueuse littéraire, elle vit dans le Territoire de Belfort (90). Elle compose des poèmes, des textes courts, des nouvelles, des contes, des dialogues donnant une variété et une sensibilité particulière à son écriture. Elle a obtenu la Mention spéciale du prix Al Bayane 2013 de poésie pour son recueil Traces de vie (éd. Omri Ezrati, 2013, puis éd. Cana, août 2016).

 

 

Fin de journée.

Nattes repliées.

Le soleil décline.

La plage se vide.

Les petits encore avides

De jeux, grognent et boudent.

On devine

La dispute de Papa – Maman.

Les châteaux et pâtés de sable restent…

La marée les engloutira.

Comme les empreintes de pas.

Renouveau brut.

La mer reprend ses droits.

C’est la loi

Du plus fort.

Même ton nom écrit avec mes doigts

Dans le sable, retournera à l’état de secret.

Au dehors, Ce sera le silence…

Derniers pas dans le sable.

Derniers pas dans l’eau salée.

Promeneur solitaire.

Promeneur nostalgique.

Moment magique

Du baiser de feu qui erre

Sur la surface liquide

Limpide.

(Histoires d’eau douce et d’eau salée, Mon petit éditeur, 2014)

 

 

 

 

L’un reste, l’autre part : deux possibilités…

La pendule de l’horloge

Comtoise sonna.Au-dehors, l’auge

Débordait. La pluie n’avait pas cessé.

Puis, le tic-tac lancinant résonna. Bruit tinté.

Comme pour dire que le silence n’avait pas lieu d’être.

Le vieil homme somnolait, insensible à ce paraître,

Balancé sur sa chaise en osier usé.

Seul.

Une carte postale,

Un peu jaunie, retrouvée. L’encre qui dévale

Devant mes yeux. Un passé qui ressurgit.

Et moi, je m’évanouis

Dans ses lignes…

Une photo de lui,

C’est tout ce qui lui reste.

De parfum, juste un zeste.

Et des souvenirs enfouis.

 

(Traces de vie, éditions Cana, 2016)

 

 

 

Au matin, le silence.

Les rayons du soleil le réveillent.

Un seul corps a tracé ses sillons.

Le lit en déséquilibre

a peur du vide.

Le coq chante,

jusqu’au feu rouge de sa crête.

Le clocher carillonne.

Les pigeons trop sourds, restent.

Au loin…

éveillant les dormeurs

dans leur paresse.

Sursauts !

(Le lit qui dort, éditions Tensing, 2017)

 

Publications :

Poésie :
  • Le roman du temps qui passe, éditions Joseph Ouaknine, 2011
  • Histoires d’eau douce et d’eau salée, Mon petit éditeur, 2014
  • Traces de vie, éditions Cana, 2016
  • Le lit qui dort, éditions Tensing, 2017

 

Contes et nouvelles, poèmes :

Chez Plume direct, éditeur numérique :

  • A travers la fenêtre, nouvelle, 2013
  • L’appel de Betandé, conte, 2014
  • De l’eau s’il-vous-plait, conte, 2014
  • Je vais dormir comme une patate, Maman !, nouvelle, 2014
  • A quand tu veux, nouvelle, 2014
  • Chou-fleur et rose, nouvelle, 2014
  • Le corps de mon père, nouvelle, 2015
  • Dialogue avec une libellule, dialogue- nouvelle, 2015
  • Apprivoiser la panthère, nouvelle, 2015
  • Le bal des souris, nouvelle, 2016
  • Le lit qui dort, recueil de poèmes version courte de la version papier), 2016
  • Duel avant la tombe, nouvelle, 2017

 

Publiée aussi dans des revues : Le Capital des mots, Lichen, Infusion, Vericuetos et L’Ardent Pays, Méninge.

 

 

 

   

 

 

 

Une promenade en poésie-saison 2/2017

Pluton-Magazine/2017

Related posts:

Laisser un commentaire

*