Violoncelles à Château Lascombes : quatre siècles d’histoire de la musique classique 

 

Par Jean-louis LORENZO

 

Plus de 300 personnes s’étaient rassemblées autour de la scène, dans l’un des magnifiques chais de Château Lascombes (Margaux), pour écouter l’Orchestre de violoncelles, placé sous la direction de François Salque, une formation qui rassemble l’élite de la jeune école française. Les neuf musiciens nous ont tour à tour entraîné – et avec quel brio – sur les notes d’Albinoni, Popper, Tchaïkovski, Monteverdi, Villa-Lobos et Paganini. Décontraction, complicité, virtuosité remarquable des uns et des autres, humour, rien n’a manqué pour faire de cette ultime soirée de la saison 2018-2019 de Musique au Cœur du Médoc une brillante réussite, à en juger par une unanime et intense ovation.

 

 

Il est vrai que la réputation de l’orchestre n’est plus à faire, riche de talents reconnus, en tête desquels François Salque (« Impérial dans tout ce qu’il touche » – Diapason –) qui, très jeune, fut primé dans les concours internationaux où Pierre Boulez reconnaît en lui un interprète « à la virtuosité et au charisme exceptionnels (…) alliés à la noblesse et la sensibilité de son jeu ». Rien d’étonnant si ses concerts l’ont mené dans plus de soixante-dix pays et si ses enregistrements en soliste ou en musique de chambre sont unanimement salués par la presse. Il enseigne aussi aujourd’hui le violoncelle à la Haute École de musique de Lausanne, et la musique de chambre au Conservatoire de Paris.

Le large éventail proposé a débuté avec le célèbre Adagio d’Albinoni, très connu du grand public, une bonne entrée en matière pour aller vers des œuvres parfois plus difficiles pour l’oreille : « Mais chacun s’y retrouve, à un moment ou un autre, me confie une mélomane à l’issue du concert, ce qu’il faut, c’est garder l’esprit ouvert sur l’œuvre, simplement, malgré ses propres préférences, et c’est aussi ce que j’aime chez François Salque, outre sa remarquable virtuosité, c’est justement ce petit plus qu’il apporte souvent avant l’interprétation, avec un trait d’histoire, l’anecdote qu’il sait nous faire partager, un éclairage souvent utile pour mieux appréhender les subtilités d’une œuvre. »  C’est Niccolo Paganini  qui est venu mettre un terme à la soirée avec « Variations sur une seule corde sur un thème de Rossini »

 

 

 

 

Quant à la saison 2018-2019, elle débutera le 23 septembre 2018 au Château Malescasse, Margaux, avec le Quatuor de Trompettes, une formation issue du Grand Ensemble de Cuivres du Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique et de la Danse de Bordeaux. Ce sera pour le public l’occasion de percevoir la diversité des instruments, en passant par les danses de la Renaissance jusqu’aux musiques de films d’aujourd’hui. Six autres grands concerts seront proposés ensuite en divers lieux prestigieux, comme en l’Abbaye de Vertheuil, autour de Mozart, et jusqu’au mois de juin 2019.  (lien utile : www.musiqueaucoeurdumedoc.com et aussi Facebook Musique au Cœur du Médoc)     

 

         Château Lascombes, un peu d’histoire

           

 

Le vignoble de ce second Grand Cru classé Margaux s’étend sur 112 hectares bénéficiant de cette appellation. Le morcellement de la propriété offre une diversité de sols avec trois grands types de terroirs. Les terrains situés sur la plus haute colline de Margaux étaient possession de la Maison de Durfort de Duras et son plus ancien propriétaire connu est le chevalier Antoine de Lascombes. Sa  classification deuxième grand cru date du 18 avril 1855. Depuis, des noms célèbres y ont été associés comme Gustave Louis Chaix d’Est-Ange ; c’est à ce propriétaire que l’on doit l’actuel château, ou encore Alexis Lichine. La MACSF racheta le domaine à Colony Capital en 2011. Du XVIIème siècle à nos jours, dix générations de propriétaires s’y sont succédé.

 

 

Reportage JL LORENZO

Secrétaire de rédaction: colette FOURNIER

crédit photos:JL LORENZO

Lien : https://www.chateau-lascombes.com/

:http://www.musiqueaucoeurdumedoc.com/

 

Related posts:

Laisser un commentaire

*