Crazy Rich Asians, un succès planétaire

 

Par Caroline Chu (réalisatrice)

« Crazy Rich Asians » est sorti en salle hier, mercredi 7 novembre, en France. Et pourtant, j’ai eu l’occasion de le voir au cinéma il y a environ deux mois, à Londres.

Sorti en salle aux Etats-Unis le 15 août dernier, ce film marque un tournant dans l’histoire du cinéma américain. En effet, « Crazy Rich Asians » produit par un grand studio hollywoodien, est le premier film américain depuis 25 ans à être non seulement réalisé par un réalisateur d’origine chinoise, Jon Chu, avec un casting entièrement asiatique, mais est aussi l’adaptation d’un roman écrit lui aussi par un asiatique « Singapour Millionnaire » de Kevin Kwan. La dernière fois que cela s’est produit, c’était en 1993 avec le « Joy Luck Club ».

 

 

Conscient du symbole politique et social qu’un tel phénomène représente, les médias américains n’ont pas tardé à s’emparer du sujet.

Avant même sa sortie en salle, Peter Travers, du prestigieux « Rolling Stone » souligne que « Crazy Rich Asians » écrit une page de l’Histoire.

Le 16 août, Constance Wu apparait en couverture du Célèbre Time avec pour titre « Crazy Rich Asians va changer Hollywood », le même jour, le film est qualifié « d’étape culturelle majeure » par Joe Morgenstern dans le célèbre « Wall Street Journal ». 

 

Les attentes du public s’avéraient élevées.

 

Attentes que Jon Chu avait largement suscité en portant volontairement son film sur grand écran plutôt qu’en choisissant de le diffuser sur internet via la célèbre plateforme Netflix, qui pourtant lui offrait un pont d’or pour produire son film au moment de sa recherche de financement.

Avoir ce film sur grand écran, était important pour Jon Chu, parce que c’était une manière d’envoyer un message fort à travers le monde. En effet, lorsque l’on va voir un film au cinéma, il faut quitter sa maison, prendre les transports en commun, se battre pour trouver une place de parking, payer son billet, et s’installer dans une salle obscure. Au moment de s’asseoir, l’attente est énorme, le public espère que l’on va lui raconter une belle histoire. Et c’est cette énergie que Jon Chu espérait trouver, car elle signifie que l’on a assez d’importance aux yeux du public pour qu’il nous accorde tout ce temps-là.

 

Pour connaître le succès record que ce film a connu depuis, il fallait donc qu’il s’avère à la hauteur de telles attentes.

 

Lors d’une interview Jon Chu, le réalisateur du film, disait « je voulais faire un film et montrer les Asiatiques comme on ne les avait jamais montrés avant, contemporains, sophistiqués, à la pointe de l’art et de la mode, sensibles, drôles, sarcastiques, ne s’excusant pas, ayant confiance en eux. » Et lorsque l’on fait référence à cet interview, Jon Chu, rajoute  « ce sont pourtant les gens qui nous entourent, les gens que je connais que je dépeins dans mon film, mais je n’avais pas conscience avant d’en faire le pitch, que personne n’avait jamais vu ça à l’écran avant. »

Pour les asiatiaques ayant grandi en Occident, il y a peu d’occasion de voir son image apparaitre sur les écrans. Cela a un impact sur notre identité, sur la manière de nous voir nous-mêmes et de voir les autres asiatiques. Se reconnaitre à l’écran, cela a une incidence sur notre confiance en nous, sur notre personnalité, sur notre place dans la société.

Il y a tellement de barrière pour les asiatiques essayant d’entrer dans l’industrie cinématographique occidentale. Comment s’identifier à des personnes dont on ne montre pas les visages ?

C’est tout le point de vue narratif qui est ici bouleversé par ce film. La réplique du film « les enfants meurent de faim en Amérique » est tellement symbolique de cette inversion du regard sur les choses.

 

Le monde que ce film nous montre est celui d’une des plus riches familles de Singapour.

 

Nick Young est l’héritier de cette famille, et il vit à New York où il a rencontré sa fiancée Rachel Chu, professeur à l’université de New York, elle aussi d’origine asiatique, mais née aux Etats-Unis dans un milieu bien plus modeste que le sien. Nick propose à Rachel de l’accompagner au mariage de son meilleur ami qui se tiendra à Singapour. Rachel accepte sa proposition, et se retrouve propulsée dans un monde qu’elle ne soupçonne pas et dont elle ne maitrise pas les codes. Le film met en scène des personnages hauts en couleur, interprétés par les truculents Awkwafina, Ken Jeong et Michelle Yeoh, les magnifiques Constance Wu, Henry Golding et Gemma Chan. Un univers glamour où les personnages déhambulent dans d’imposantes villas, habillées de somptueuses tenues parfois des plus extravagantes, dignes de celles portées par les plus grandes stars hollywoodiennes.

Comme nous le fait remarquer Henri Golding, l’acteur principal du film, d’origines anglaise et malaisienne, le film nous interroge sur ce que cela veut dire d’être asiatique. On parle de culture asiatique, de culture noire, de culture latino, mais rien n’a été abordé concernant les gens métissés et comment ils peuvent se réapproprier leur ethnicité. Et lorsque ces mêmes métisses tentent de s’exprimer, on leur dit « non tu n’es pas assez asiatique, non, tu n’es pas assez blanc » Ne pas avoir la possibilité de s’approprier son héritage culturel et d’en être fier, conforte celui qui subit une telle violence dans l’envie de se battre contre cet état de fait.

 

Parler des droits des asiatiques, c’est parler des droits en général, c’est parler de la mixité asiatique avec d’autres cultures.

 

Le personnage de Nick a suivi ses études en Angleterre, tout comme celui d’Astrid Leong, sa cousine. Rachel Chu, la fiancée de Nick, est un professeur d’économie à NYU, elle est américaine. La particularité de ce film réside aussi dans son casting, qui est international. Il y a des Anglais, des Américains, des Malais. « Crazy Rich Asians » nous donne même à voir comment les Chinois vivant en Asie perçoivent ceux qui sont d’origines chinoises mais vivent à l’étranger, ce qui est inattendu.

La représentation est extrêmement importante, et lorsqu’elle est enfin donnée à quelqu’un l’émotion est tellement forte que cela peut provoquer des larmes même lorsque le film est une comédie comme c’est le cas de « Crazy Rich Asians » Je suis sortie de ce film en ayant moi aussi versé ma larme, le public était ému, nous l’étions tous. Et la salle était comble.

Nous pouvons espérer que cette histoire qui permettra aux asiatiques de reconnaître leurs visages sur les écrans, ouvrira la porte à d’autres histoires tout aussi complexes et qui méritent elles aussi d’être racontées à leur tour.

Produit pour seulement 30 millions de dollars, ce film en tête du Box Office américain pendant plus de 3 semaines, aurait déjà rapporté 234 millions dans le monde.

Initialement prévue en novembre, la sortie en salle de « Crazy Rich Asians » en Angleterre a été avancée au 14 septembre. On pourrait s’interroger sur le fait qu’il n’en a rien été en France.

Certaines critiques ont été plus que désobligeantes sur l’Hexagone. Notamment l’article du Parisien daté du 8 novembre 2018, rédigé par Renaud Baronian. Pourquoi ? Je ne pourrais vous donner de réponse.

Il n’est néanmoins pas trop tard pour faire taire la légende selon laquelle un film 100% asiatique ne peut trouver son public en France et je vous invite vivement à aller le découvrir sur les écrans français.

 

Caroline Chu (Contributeur cinéma) (Londres)
Secrétaire de rédaction Colette fournier (Lyon)
 Pluton-Magazine/2018/Paris 16eme.

 

Caroline Chu est une réalisatrice britannique ayant vécu longtemps en France. Elle a notamment réalisé Le Miraculé de Saint Sauveur, court-métrage sélectionné dans de nombreux festivals étrangers , notamment le prestigieux Palm Springs International Film Festival, ainsi que le moyen métrage Le Dragon et le Phénix nommé meilleur film étranger au Festival de Bare Bones aux États-Unis. Son long métrage Krank est sorti en salle à Paris le 14 février 2018. Elle vit actuellement à Londres où elle travaille sur de nombreux projets.

Related posts:

1 comments

Laisser un commentaire

*