La patate douce savoureuse et généreuse

« La patate douce, savoureuse et généreuse »

Revitalisante et antioxydante, cette belle demoiselle à la chair succulente s’invite dans les latitudes du soleil et aussi sur le reste de la planète. Vite un peu de douceur pour réchauffer nos cœurs !

Sucrée-salée en cuisine

La patate douce s’adapte à tous les paysages culinaires. De l’Orient à l’Occident, les grands chefs lui accordent désormais une place de choix.

Car elle a un sacré caractère en bouche où sa saveur n’est pas sans rappeler le goût sucré d’une carotte, celui d’un cœur d’artichaut fondant, voire celui d’un marron tout juste sorti du feu. Elle se marie avec panache à la cannelle, au cumin, au curcuma, au piment, au clou de girofle, au gingembre, au zeste de citron, à la muscade, à la vanille…

Choisissez-la bien ferme et lourde, à la peau non tachée. Pour éviter la germination, il vaut mieux la stocker dans un endroit sec, frais et bien aéré. Consommez-la assez vite car plus sucrée, la patate douce se conserve moins bien et moins longtemps que la pomme de terre.

Par sa délicatesse elle tempère les plats salés épicés, ragoûts, tajines, caris, currys, à base de viande, de poisson ou de légumes secs. Elle peut aussi se déguster, douceur oblige, en desserts, sous forme de gâteaux, entremets, marmelades ou confitures.

Comme la pomme de terre, elle se laisse volontiers cuisiner en purée, soufflé, gratin, sautée, frite ou en chips. Le velouté s’accommode d’une bonne rasade de crème fraîche ou de lait de coco.

Pour la cuire au four, il suffit de bien la brosser et de la rincer en conservant la peau qui ne s’enlève que pour la déguster. La cuisson à la vapeur ne nécessite pas non plus de la peler avant.

Dans certaines contrées, en plus de sa chair, les feuilles de la patate douce s’apprêtent comme les épinards ou autres légumes verts, contrairement à celles de la pomme de terre, qui sont, elles très toxiques. Ce sont par exemple les fameuses brèdes de l’Île de la Réunion.

Un peu de botanique

En dépit de son nom et de son aspect, la patate douce (Ipomoea batatas) n’est pas du tout apparentée à la pomme de terre ordinaire !

C’est un tubercule de la famille du liseron, essentiellement récolté et disponible toute l’année dans les régions tropicales comme l’Asie ou l’Afrique mais elle peut être aussi cultivée dans des pays plus tempérés tels l’Espagne.

La production française est infime, presque exclusivement concentrée aux Antilles où elle subit encore l’impact de la chlordécone, pesticide hautement toxique trop largement utilisé pour la culture de la banane avant son interdiction. Consommation déconseillée !

En raison de son rendement accéléré, de sa grande adaptabilité de de sa forte résistance, la culture de la patate douce est la 7ème culture mondiale !

Pour la petite histoire

C’est au 18e siècle qu’elle arrive en Europe, mais aussi en Asie, en Afrique et en Australie sous l’impulsion des grands navigateurs espagnols et portugais lors la conquête du Nouveau Monde. Le mot patate vient de l’espagnol batata, lui-même emprunté au langage des Arawaks, peuple indigène des Antilles et de la région centrale des Amériques.

Car c’est bien d’Amérique du Sud et non d’Inde qu’elle est originaire et  on la cultive depuis le XVIe siècle. Démonstration faite par la découverte de vestiges anciens datant de 8 000 ans avant . J.-C.au Pérou. Elle est récoltée en Polynésie depuis 1500 ans av. J.-C.

De nos jours, après ses multiples voyages de par le monde, la patate douce s’est implantée dans tous les pays tropicaux où elle constitue une denrée abordable et une ressource alimentaire notable, tant pour les hommes que pour les animaux d’élevage.

Pluralité de bienfaits

Le tubercule développe une chair aux couleurs chaudes qui se déclinent du jaune d’or à l’orangé soutenu apporté par le bêtacarotène. Mais il existe aussi des patates douces à chair blanche ou à chair de couleur rose ou violette liée à la présence d’anthocyanines rouges.

Une énergie à revendre

Il y a plus de glucides ou sucres concentrés dans la patate douce que dans la pomme de terre, ce qui en fait un féculent plutôt énergétique. Cependant sa teneur en fibres qui limite l’absorption des sucres est bien plus élevée que celle de sa cousine tempérée.

Ainsi, contrairement à une idée reçue, la patate douce est parfaitement conseillée aux personnes diabétiques. En clair, une purée de patate douce augmente moins le taux de sucre sanguin (son index glycémique est plus bas), malgré un plus goût sucré, qu’une purée classique !

Du bêtacarotène en puissance

Cette pro vitamine A végétale est un antioxydant qui lutte efficacement contre l’attaque tissulaire excessive des radicaux libres, éléments particulièrement agressifs lors du vieillissement tissulaire, des cancers, des maladies cardiovasculaires, du diabète, de l’obésité ou des maladies neurodégénératives.

C’est le bêtacarotène qui colorie la patate en orange, sa teneur sera donc variable en fonction de l’intensité de sa chair. Une patate blanche en est bien moins chargée qu’une patate colorée.

Des vitamine et oligoéléments

Elle est très riche en équivalent vitamine A, avec un taux atteignant de plus de 200 % des valeurs nutritionnelles de référence.

Or la carence vitamine A qui sévit dans toute l’Afrique Subsaharienne, affecte des millions d’enfants de xérophtalmie, une grave maladie oculaire qui les rend aveugles.

Une consommation régulière du tubercule se fait solution de santé publique !

Elle est aussi source de vitamine C, vitamine B6 toutes deux impliquées dans le bon fonctionnement du système immunitaire et la stimulation de la vitalité.

Côté minéraux, elle apporte du manganèse qui protège les tissus contre le stress oxydatif des radicaux libres et du potassium contribuant à une bonne fonction neuromusculaire.

Des anthocyanines


Ces pigments contenues dans les variétés à couleur pourpre, développées principalement en Nouvelle-Zélande et au Japon font partie de la famille des flavonoïdes, reconnues comme le bêtacarotène pour leurs multiples propriétés antioxydantes, anti-cancer et anti-inflammatoires.

Belle démonstration de toute la vitalité contenue dans un simple légume. Et les implications écologiques ne sont pas des moindres ! Dans les pays en voie de développement la production de patate douce à chair orange revient est beaucoup moins onéreuse qu’une aide alimentaire à base de produits transformés ou de vitamines de synthèse !

Douceur et ferveur

Délicieuse et fougueuse la patate a la douce réputation de réveiller les appétits des femmes assoupies. Pour vous cette recette en exclusivité de mon livre à paraître, « Les Délices coquins – Recettes d’amour érotiques et métaphoriques ».

Dans mon île, la Martinique, la patate symbolise le sexe féminin tandis que le coco, celui du sexe opposé. Notre gâteau-patate devient « mal élevé »1, enrichi au lait de coco laissant la bouche ouverte à tous les fantasmes !

Il ne vous reste plus qu’à fondre de plaisir…

Patates douces à la muscade

Préparation : 20 mn

Cuisson : 35 mn

Recette :

  • 500 g de patates douces

  • 2 verres de lait

  • 2 verres d’eau

  • 1 gousse d’ail pressée

  • 3 pincées de muscade

  • 1 pincée de cannelle

  • 1 noisette de beurre

  • 100 ml de lait de coco

  • 1 c. à soupe de fromage râpé

  • Sel, poivre au moulin

  • 1 moule à gratin

Peler les patates douces.

Les couper en rondelles épaisses.

Les cuire à feu doux 10 mn dans le lait et l’eau.

Saler, poivrer, épicer.

Étaler les patates en couches successives dans le moule beurré.

Verser le lait de coco, saupoudrer de râpé.

Enfourner 25 mn à four thermostat 8.

Efficacité et vitalité, la patate douce donne à tous une belle énergie. Invitez-la à votre table ! Sucrée, salée, déclinez ses recettes en toute convivialité et surtout partagez ses bienfaits pour une bonne santé !

Dr Marie-Antoinette Séjean est médecin nutritionniste et présidente de Nutricréole. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages … .Elle intervient régulièrement dans des colloques consacrés à la nutrition.

1 Faire « mal élevé » en créole, signifie faire l’amour.

 

crédit photo Tahitihéritage
Crédit photo Tahiti Héritage

Related posts:

Laisser un commentaire

*