Le jardin du I’llony, Paris

ASHIYA, AOYAMA, PARIS

 jardinillony2

logopluL’art floral émerveille mais reste éphémère. Le fleuriste est un magicien qui joue avec les couleurs et les formes dans un paradis qui illumine chaque quartier. Il ramène des champs ces feuillages et ces fleurs qui nous manquent tant, à nous autres citadins agressés par le béton. À chaque balcon un petit pot de fleur, à chaque terrasse son exubérant palmier, son olivier et son amas de lierres qui griffonnent les murs. Mais, le fleuriste est incontournable et maîtrise ces compositions que nous admirons tous, l’art de l’assemblage de branchages, de fleurs et de feuillages dont lui seul connaît le secret.

jardinillony1

 

À Paris,  on compte environ 425 fleuristes et 14000 en France. La première boutique de fleuriste aurait été celle de madame Prévost, ouverte au Palais-Royal à Paris, en 1830. Dix ans plus tard, une boutique de Lachaume ouvrira rue de la Chaussée-d’Antin, puis en 1870, cette boutique déménagera au 10, rue Royale, où elle est encore.

DSC09955 DSC08927 DSC01135-2

 

20150228_b6af2fMais, c’est au 3 rue Mesnil que Pluton-Magazine s’est arrêté pour vous présenter le jardin du I’llony de monsieur Atsushi Taniguchi. Comme son nom l’indique, il est japonais et installé à Paris dans le 16° arrondissement. Pour les japonisants et surtout celles et ceux qui ont eu le privilège de visiter le pays du soleil levant, ils savent l’attachement des japonais à la nature et aux fleurs. Mais, détrompez-vous, nous ne parlerons pas ici d’Ikebana mais d’une conception bien particulière que cultive la maison I’llony

 

 

Si les japonais adorent les fleurs, il n’en reste pas moins que fleuriste est un métier banal et que, comme monsieur Taniguchi nous le fit remarquer, le fleuriste est surtout un artiste en France et dans les autres pays d’Europe tandis qu’au japon il reste un boutiquier.

 

IMG_9781À Kobe, au Japon, monsieur Taniguchi commence par ouvrir sa première boutique sans vraiment posséder de formation en art floral mais avec une certaine sensibilité et un sens de l’agencement et de l’harmonie. Puis une seconde boutique ouvre à Tokyo. Un ami lui suggère d’ouvrir une boutique à Paris et l’idée prend forme. Il s’installe donc dans le 16° arrondissement de Paris et les hôtels le découvrent. Beaucoup de compositions pour les grands  hôtels, mais aussi de grandes maisons françaises (Hermès, Piaget). L’établissement Les Bains Douches fait appel à lui, les mariages aussi et il propose même des cours d’art floral. Deux employées d’origine japonaise, dont la souriante et accueillante Naoko qui tient la boutique en son absence (car monsieur Taniguchi vit entre Paris et le Japon, dont 20 jours à Paris et 10 jours au Japon en général).

P1150114P1150110 P1150128

 

La clientèle française est plus ciblée et en général, les acheteurs savent ce qu’ils veulent. C’est surtout cette façon d’apporter toujours une touche finale japonaise aux compositions qui les intéressent. L’utilisation de branchages et de beaucoup de matière brute, combinés aux fleurs, qui viennent pour la plupart à 60 % des Pays-Bas et à 40 % de France, font du jardin d’I’llony une boutique particulière où l’on découvre toujours quelque chose de merveilleux. Il faut environ une vingtaine de minutes pour une composition. Malgré son enthousiasme, M. Taniguchi ne pense pas se lancer dans l’ouverture d’une autre boutique. Il privilégie la qualité à la quantité.

DSC02632 DSC00628-2 DSC06694

 

 Paris ville de lumière lui suffit. Paris en fleurs.

20140910_bf0346 P1150127 20140910_470b82

 

Composition Atsushi Taniguchi

Atsushi Taniguchi

Monsieur Atsushi Taniguchi est né à Wakayama au Japon. Il a été influencé par son grand-père qui travaillait à l’aménagement des forêts au Japon. Il développe un intérêt pour les plantes en jouant dans la nature dans son enfance. Plus tard, il développe un intérêt pour le cinéma. Il apprend alors le théâtre à Tokyo et joue dans plusieurs pièces. Parallèlement, il travaille dans un magasin de fleurs car il est impressionné par un héros fleuriste au cinéma. En 2002, il ouvre son premier magasin de fleurs à Ashiya , une jolie petite ville élégante à côté d’Osaka. Son style est rapidement devenu célèbre car il réalise de jolies compositions dans un style naturel à partir d’une sélection soignée de fleurs. En 2009, il ouvre son 2ème magasin à Aoyama  Il publie également des photos de fleurs, dont l’une a même été sélectionnée pour être la publicité d’une entreprise. Le jardin du I’Ilony ouvre ses portes en 2015 dans le 16ème arrondissement.

Reportage Dominique Lancastre CEO

Secrétaire de rédaction Colette Fournier

Related posts:

Laisser un commentaire

*