Manger bio est-ce vraiment bon pour la santé ?

 

images

 

 

logopluL’agriculture biologique protège l’environnement, mais il n’est pas prouvé que les aliments bio préservent la santé.Manger bio pour être en meilleure santé ? Pas si évident. Comme l’explique Emmanuelle Kesse-Guyot, épidémiologiste à l’Institut national de la recherche agroalimentaire (Inra), « il est compliqué aujourd’hui d’apporter une réponse ferme sur les bienfaits comparés de l’alimentation biologique et de l’alimentation traditionnelle ».

Un constat partagé par Denis Corpet, professeur à l’École nationale vétérinaire de Toulouse et spécialiste en nutrition : « Cela ne signifie pas que manger bio n’est pas meilleur pour la santé, mais que cela reste difficile à prouver pour le moment. » De fait, les études menées sur la qualité nutritionnelle des aliments issus de l’agriculture biologique sont encore peu probantes. « Il en est ressorti qu’il y avait assez peu de différences au niveau des nutriments, indique Emmanuelle Kesse-Guyot. Ainsi, l’agriculture conventionnelle est plus riche en protéines, alors que l’agriculture biologique est plus riche en matière sèche, autrement dit, ce qui reste du produit lorsque l’eau est retirée, ou en micronutriments comme la vitamine C ou le phosphore. »

Photo 1
Mais elle ajoute : « Cela ne permet pas de tirer des conclusions plus larges, car ces études sont réalisées sur quelques aliments spécifiques.» Denis Corpet la rejoint sur ce point : « Le problème avec le bio, c’est qu’il est difficile de généraliser : selon le produit, on peut aussi bien montrer que c’est meilleur ou que c’est moins bon. »
Ce dernier tient aussi à relativiser les données portant sur la qualité nutritionnelle des produits biologiques. « Cueillis plus tard, ils sont aussi cultivés plus près du consommateur qui reçoit donc des produits plus frais, donc moins déshydratés et plus riches en matière sèche. Mais cela n’a pas de lien avec le fait qu’ils sont biologiques. C’est un peu comme lorsqu’on cultive son propre jardin, ajoute-t-il. Les tomates du potager sont meilleures, qu’elles soient biologiques ou pas. »

 

L’avantage, moins de pesticides

 

En revanche, les aliments bio ont sans conteste l’avantage de ne pas contenir de pesticides issus de l’industrie phytosanitaire. Or, la dangerosité de ces derniers ne fait pas débat. « Il est établi que les pesticides organochlorés qui sont interdits en France, sont extrêmement nocifs. D’autres familles de pesticides, comme les organophosphorés, le plus connu étant le Roundup, ont certes un impact moins important mais moins bien identifié. Ils sont par ailleurs toxiqphoto 2ues à haute dose. Des études ont prouvé qu’il existait un lien entre pesticides et cancers, notamment chez les agriculteurs qui les manipulent. » On peut souligner en outre que la maladie de Parkinson est aussi plus fréquente chez les exploitants en contact avec les pesticides. ils ont un risque accru de leucémie, de tumeur cérébrale (tumeurs du système nerveux central, lymphomes, sarcomes des tissus mous), de cancer de la prostate, de l’estomac, du foie, des reins et des voies urinaires, de lymphomes, de maladie d’Alzheimer, de fausses couches, de malformation congénitales, d’autisme chez l’enfant à naître, et même de cancers chez l’enfant né d’un adulte exposé à des pesticides… D’ailleurs, 3 cancers sont reconnus en tant que maladie professionnelle chez les agriculteurs : les angiosarcomes du foie, les cancers broncho-pulmonaires et les cancers cutanés (tous trois associés à l’exposition à l’arsenic, très utilisé il y a quelques années dans les pesticides).
Une étude portant sur des enfants mangeant bio ou non bio a montré que le taux de pesticides dans l’urine des enfants qui mangeaient bio était 6 à 9 fois plus bas que chez les autres enfants. Chez les enfants mangeant « non bio », les taux de pesticides dans les urines dépassaient de 4 fois le maximum officiel toléré. Et chez des enfants mangeant « conventionnel », une alimentation bio réduit considérablement et en quelques jours, le taux de pesticides retrouvés dans les urines. Or, des quantités relativement faibles de pesticides peuvent se révéler toxiques à cause de l’effet perturbateur du système hormonal de certains pesticides.
Souvent, les produits importés (moins chers) présentent une toxicité bien plus importante car ils ne sont pas soumis à la même réglementation en vigueur sur les pesticides que dans votre pays.

Le bio ne sert à rien pour la santé

Cette affirmation est souvent moins directe. Elle est généralement formulécathy7302-vip-blog-com-8534758sites_bio_h_slidersection_le de la manière suivante : « Manger bio, c’est surtout bon pour la planète »... Sous-entendu : « mais inutile pour votre santé ». Parce que chacun se préoccupe de sa santé bien avant celle de la planète, cet argument peut dissuader de manger bio.

 

Les légumes du potager sont meilleurs

 

Les pesticides se trouvent partout. Dans les champs d’agriculture conventionnelle, certes, mais comme ils sont transportés par le vent et la pluie, on en retrouve partout au final, y compris dans les cultures bio. Même si l’air peut effectivement emporter les substances chimiques, c’est de toute évidence en quantité infiniment moins importante que si on arrosait ce champ avec ces substances ! De ce fait, très peu de pesticides subsistent dans les planète terre écologiealiments bio par rapport aux autres. Vous pouvez tout aussi bien pratiquer la culture hors-sol et créer un vrai écosystème (en mélangeant toutes sortes de cultures) si vous avez de la place pour traiter de façon naturelle les nuisibles sans recourir à des produit phytosanitaires dits bio. N’attendez pas pour récolter des tomates aussi grosses que votre poing car aussi petites seront-elles, elles seront abondamment riches et saines. C’est pour cela qu’elles feront aussi des envieux malvenus (les insectes…) car elles seront vraiment bonnes, vos tomates, même sans vinaigrette !

 

Manger bio, ça coûte très cher !

 

Photo5À aliment égal, c’est sans doute vrai. Mais qui mange bio prend soin de sa santé, ne fume pas + ne boit pas de sodas toxiques + mange moins de viande et plus de protéines végétales, + mange plus de fruits et légumes et moins de produits transformés…= dépense moins pour sa santé, donc ce choix est le plus souvent très économique si manger bio est un mode de vie et non un phénomène de mode.
Au total, si vous hésitez encore à manger bio, c’est peut-être dommage. Il faut être vraiment convaincu pour s’y mettre, parce que le danger est invisible. Les pesticides, ça ne se voit pas !
Manger bio est plus qu’un choix alimentaire, c’est un mode de vie à l’instar du végétalien et du végétarien. Quand on sait pourquoi on fait tel choix, on s’y tient strictement.
Qu’il s’agisse d’aliments achetés ou cultivés dans votre jardin, votre santé en tirera toujours des bénéfices considérables.

Georges Cocks

Related posts:

Laisser un commentaire

*