« Fille de sang », un (très) sombre roman thaï

Publié en 1997, « Fille de sang » est le premier roman d’une jeune fille thaï de vingt ans, Arunwadee, qui est devenue depuis une écrivaine reconnue. La puissance d’évocation de ce texte, aujourd’hui traduit en français, a révolutionné la littérature thaïlandaise.

Bienvenue dans l’envers du décor. Nous sommes loin de la Thaïlande souriante, de ses temples fascinants et de ses paysages de rêves. Le premier roman de  l’écrivaine Arunwadee, publié en 1997 et traduit en français en 2015 aux éditions Gope, nous plonge dans univers sombre, très sombre. Ecrit quand elle avait vingt ans, le texte est visiblement autobiographique, même si Arunwadee ne l’a jamais revendiqué comme tel.

Le roman se déroule dans des zones rurales de Thaïlande. Ecrit à la première personne, il ne mentionne jamais le nom de la narratrice, jeune fille à la personnalité très tourmentée, ni celui des personnages qui peuplent le roman. Au cœur d’une famille dysfonctionnelle, avec une enfance ballottée et marquée par la violence, une adolescente particulièrement sensible et rebelle est à la recherche éperdue de soi. Jusqu’à la limite de la folie, elle tente désespérément de susciter l’attention et l’affection de ses parents, qui la rejettent ou ne la comprennent pas.

La romancière thaïlandaise Arunwadee (DR)
La romancière thaïlandaise Arunwadee (DR)

Autodestruction

L’histoire oscille entre onirisme, imaginaire thaï et description d’une réalité sociale crue et même impitoyable. L’héroïne éprouve une fascination morbide pour le sang – d’où le titre du livre – et recueille compulsivement son propre sang lors de pratiques de mutilations. Elle en retire une souffrance et une jouissance quasi mystiques, qu’elle décrit dans les moindres détails. La minutie du processus d’autodestruction, raconté par le menu, ferait sans doute les délices d’un psychanalyste ou d’un psychologue clinicien.

Ce conte cruel, premier roman écrit par une femme dans une société largement dominée par les hommes, a surpris à sa publication en 1997. Jusque-là, la littérature thaïlandaise, qui a émergé il y a environ un siècle, n’était jamais allée aussi loin, ni dans la structure narrative ni par l’originalité thématique. Elaboré comme le journal intime d’une adolescente, parfois répétitif, « Fille de sang » n’en dégage pas moins une formidable puissance d’évocation. Ce livre, émouvant par son authenticité, est également porté par la brillante traduction de Marcel Barang, un spécialiste français de la langue thaï qui a adapté de nombreux ouvrages. « Fille de sang » est d’ailleurs en lice pour le prix Laure-Bataillon 2016, qui récompense la meilleure oeuvre de fiction traduite en français.

Arounwadi (Arunwadee), « Fille de sang » – éditions Gope, 226 pages, août 2015, 18 euros.

Related posts:

About Philippe Triay

Journaliste, grand reporter à France Ô/Outre-mer 1ere. Sillonne fréquemment l'Asie du Sud-Est. Auteur de "Pour une lecture fanonienne de Césaire" (essai, éditions Dagan, avril 2015), et de "Barbaries" (poésie, éditions du Manguier, février 2016).

Laisser un commentaire

*