Pourquoi tu danses?

 

 

logopluVoilà une question qui revient souvent dans toute conversation sur la danse ou tout simplement quand je me la pose. Question à laquelle j’ai toujours eu beaucoup de mal à répondre clairement même après tant d’années de cours, de répétitions et de spectacles.

Eh bien, oui ! Quelles que soient les réponses qui me venaient en tête, rien ne semblait traduire fidèlement ce que je ressentais vraiment. Comme si le vocabulaire disponible ou la formulation utilisée me paraissait être insuffisant pour apporter la ou les réponses adéquates …

Était-ce un manque de maturité ? Un manque de recul ? Avais-je vraiment pris le temps de formuler tout simplement ne serait-ce qu’à moi-même les raisons qui m’ont poussé à danser ? Des raisons évidentes pour moi mais qui ne l’étaient pas pour d’autres. Étais-je le seul dans cette situation ?

Pas vraiment ! En discutant avec d’autres danseurs professionnels ou amateurs, je me rendis compte qu’eux aussi se trouvaient tout comme moi face à la même situation d’embarras. Il n’est pas facile de verbaliser de façon précise l’attrait pour la danse.

Par nature, danser est une forme d’expression non verbale traduisant des émotions et des pensées en mouvements physiques.

Malgré tout, pourquoi ne pas prendre le temps d’y réfléchir juste un moment et revenir avec une ou peut-être plusieurs réponses … du moment qu’elles traduisent sincèrement la raison pour laquelle on danse ou pas, la raison pour laquelle je danse … essayons donc d’y répondre.

 

tumblr_nw40b6tF5I1uepad0o1_1280 (1)

 

Alors, pourquoi tu danses ?

Les premières réponses qui me viennent à l’esprit sont celles-ci. Je danse parce que c’est le moyen le plus rapide, l’itinéraire le plus direct vers ma propre vérité. Danser me permet de récupérer ma capacité à disparaître dans quelque chose de plus, quelque chose de sûr, dans un espace où la critique ou le jugement n’a pas lieu d’être. De me perdre dans mon propre univers où n’existe que ma danse, maintenant, en perpétuelle évolution et toujours sincère. Quels que soient les chorégraphies imposées, les styles et techniques divers, j‘ai toujours trouvé un moyen pour faire de tout ce matériel une raison d’expression unique dont je suis le seul détenteur. Non, ce n’est pas l’ego qui parle, celui du paraître, du «moi, moi, moi » atrophié au service de ma propre personne mais celui qui se met á la disposition de quelque chose de bien plus grand que moi, d’unique, qu’on appelle Danse en tant qu’expression artistique. Un besoin fort de partager avec l’autre cet instant. Ce sentiment de se savoir exister, de savoir que cette expression personnelle n’aurait pas été possible sans nous, est le meilleur antidote contre toute forme de destruction du moi.

Avec le temps et l’expérience, chaque danseur se rend compte que la seule chose importante à cet instant est la traduction d’un moment qui ne se reproduira sûrement jamais plus et que chaque performance scénique est l’expérience, unique en son genre, de sa propre personnalité à travers la vision d’un travail chorégraphique. C’est la rencontre entre deux réalités, deux artistes, le danseur et le chorégraphe, pour créer un monde imaginaire, complexe, à travers la danse. Chaque jour qui passe est un éternel recommencement dont le résultat ne nous est du tout assuré. Chaque instant, chaque minute est unique en soi … rien ne se répète, rien ne se perd mais tout évolue, tout change et est en perpétuel recommencement. La danse est une activité qui demande un investissement entier de soi, et où le reste n’a que très peu d’emprise.

Bien sûr, chaque danseur vous donnera évidemment d’autres raisons pour laquelle il ou elle danse. Chacun a sa propre histoire à raconter et son vécu à partager.

Certains vous diront qu’ils dansent pour se sentir en symbiose avec la musique et le partenaire avec lequel ils/elles dansent. D’autres pour des raisons médicales et thérapeutiques alors que pour certains danser n’est qu’une activité physique agréable à pratiquer en fin de semaine quand le temps le permet. Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles certaines personnes dansent alors que d’autres pas.

Alors pourquoi un si grand nombre de personnes, quel que soit leur niveau technique, trouve-t-il des raisons bénéfiques à la pratique de la danse et que d’autres l’ont en horreur ?

 

Les mots qui reviennent souvent, surtout de la part d’hommes, sont le manque d’assurance, la peur du regard de l’autre, d’être jugé, le manque de confiance en soi, la peur de bouger librement sur un rythme. La liste des raisons négatives peut aller bien plus loin …

Bien sûr, on ne peut obliger personne á danser, à aimer regarder les autres pratiquer la danse sur une scène, lors événements sociaux comme les mariages ou encore sur les pistes de danse d’une discothèque.

Danser n’est certainement pas pour tout le monde mais malgré cela, c’est un langage universel compris et apprécié du plus grand nombre sous toutes les latitudes, dans toutes les cultures et classes sociales …
Merci de m’avoir lu.

Alain « Dobrah » Michigan , professeur de danse à  Move on, John Harris Fitness Center et Broadway Dance Connection(Vienne, Autriche) alainmichigan@yahoo.fr
Alain « Dobrah » Michigan (Rédacteur Pluton-Magazine, rubrique Danse)

Secrétarait de rédaction Colette Fournier

www.pluton-magazine.com

13394007_10209384485352295_2079184570924768163_n

Related posts:

Laisser un commentaire

*