Un stéréographe au MActe: Patrice ABAUL

 

Dans le cadre de la première édition du Festival de films “Nouveaux Regards”, au Mémorial Acte de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe FWI), Patrice Abaul est intervenu,  au cours d’une Master Class, sur le thème “révolution numérique au cinéma”, le samedi 1er avril,  devant une assistance attentive composée de réalisateurs, d’auteurs, de producteurs, de cadreurs, de journalistes et de photographes.

 

En 2009, Patrice Abaul fonde Redkenn Productions. Aujourd’hui, sa société est spécialisée en 3D et autres nouvelles technologies.

 

Son expérience lui permet de familiariser les professionnels  comme le public avec le principe de la stéréoscopie et de ses applications. Consulting, formation 3D relief, post production, tournage, il en connaît un rayon sur le sujet et c’est en substance la raison de son invitation au festival.

 

Si on vous demande d’expliquer la différence entre l’image 2D et l’image 3D, il y a de grandes chances pour que la réponse vous soit facile. D’une façon ou d’une autre, vous pourrez indiquer clairement qu’il s’agit de la même différence qui existe entre le rond et le cercle.

 

Par contre, il faut être technophile ou curieux, lorsqu’on parle de 3D, pour savoir en quoi s’opposent le système actif et le système passif.  Patrice Abaul est de ceux qui vous introduisent de l’autre côté de la caméra et il donne du sens à ces termes qui se ressemblent et s’assemblent, comme on monte un film. Le système 3D actif nécessite l’utilisation de lunettes synchronisées, en infrarouge, avec un écran qui invite le cerveau à reconstituer l’image. Ces lunettes sont équipées de panneaux LCD qui vont tour à tour obstruer un œil, puis l’autre. Cette alternance permet ainsi à chaque œil de percevoir de façon dissociée certains éléments de l’image et pas les autres. Le cerveau centralise ces données  selon différents points de vue pour recréer l’effet 3D. Ici, tout tient dans l’obstruction de la vue.

 

Le système 3D passif s’appuie, lui, sur des lunettes polarisées, dont les verres sont traités à l’inverse l’un de l’autre. Un tel traitement fait qu’un œil perçoit une ligne de l’image et l’autre œil, la suivante. C’est cette alternance qui génère l’effet 3D. Ici, tout tient dans l’image.

 

 

  Reportage de Carole Coco-Viloin

 

 

Throughout the first edition of the « Nouveaux Regards » Film Festival, at the Pointe-à-Pitre Memorial (Guadeloupe FWI), Patrice Abaul spoke during a Master Class on the theme « Digital Revolution at Cinema « , Saturday, April 1, in front of a nominated audience of directors, authors, producers, cameramen, journalists and photographers

 

In 2009, Patrice Abaul has founded Redkenn Productions. Nowadays, his company is specialized in 3D and other new technologies.

His experience allows him to acquaint professionals and the public with the principle of stereos copy and its applications. Consulting, training 3D relief, postproduction, shooting, he comprehends a ray on the subject, and it is in essence the reason for his invitation to the festival.

If you are asked to explain the difference between the 2D image and the 3D image, there is a good chance that the answer will be easy. In one-way or another, you can undoubtedly indicate that it is the same difference between this circle and that circle.

 

 

On the other hand, one must be technophilic or curious, when talking about 3D, to know what the active system and the passive system are opposed to. Patrice Abaul is one of those who introduces you to the other side of the camera and contributes in the meaning of these terms by resembling each other and assembling a movie. The active 3D system necessitates the use of synchronized glasses, infrared, with a screen that invites the brain to reconstitute the image. These glasses are equipped with LCD panels that will alternately clog one eye and then to the other. This alternation permits each eye to perceive in a dissociated way certain elements of the image and not the others. The brain centralizes these data from different points of view to recreate the 3D effect. Here everything is in the obstruction of sight.

The passive 3D system is based on polarized glasses, the lenses of which are treated in reverse. Such treatment means that one eye perceives one line of the image and the other eye the next one. It is this alternation that generates the 3D effect. Instantly, everything is in the image.

 

 

Rédactrice Carole Coco-Viloin

Secrétariat rédaction Colette FOURNIER

Pluton-Magazine/2017

Proofreading Liliane TAMBY

Nouveaux Regards Films Festivals.

 

 

 

Related posts:

Laisser un commentaire

*