En attendant Bojangles

En Attendant Bojangles

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

L’adaptation sur les planches du best-seller, semblait d’emblée une riche idée ! Mais même si la langue d’Olivier Bourdeaut, l’auteur du roman, est admirable, elle aurait pu prêter à désillusion si le travail d’adaptation et de mise en scène de Victoire Berger-Perrin n’avaient été si abouties.

Le texte dense, grêlé de pépites littéraires, vous projette dans une famille qui vous fait sienne dès la première seconde. Vous pénétrerez ainsi dans un foyer où l’oxygène est composé de mélodieuses particules de Nina Simone et de son mythique « Mr Bojangles », catharsis de la passion amoureuse du couple.
Qui n’a jamais eu envie d’expérimenter, ne serait-ce qu’en rêve, un amour si fort, si romanesque, tel qu’il est développé dans cette histoire? Ce récit pose la réponse immédiate et touche inconditionnellement le public, à la faveur de la mise en scène gracile de Victoire Berger-Perrin.
Didier Brice, admirable, tente d’y répondre en incarnant cet homme prêt à tout abandonner, incluant la raison, pour être en totale consonance avec cette merveille sans pareil qu’a produit la nature : sa femme. Jamais il ne se dépare de la stature touchante du mari, du père qui aime avec un grand A.
Victor Boulanger, interprète le jeune fils du couple. Il est impeccable dans un rôle d’enfant à la maturité assurée par la vie luxuriante et la célébration des sentiments, que lui font vivre ses parents et qui font son épanouissement  quotidien.
Belle, drôle , pleine d’esprit et de liberté, sublimant l’existence, Anne Charrier, explose dans ce rôle de muse à l’état brut, débordant de grâce. Revêtant le voile arachnéen de la folie, elle livre une composition sublime. Le prochain Molière de la meilleure comédienne d’un spectacle privé à n’en point douter !

Véritable condensé d’humour et de poésie, le spectacle est une ode à l’amour et à la liberté. A la vie, sa légèreté, sa beauté et à sa gravité également.

Un petit chef-d’œuvre à ne manquer que sous le prétexte de… non, il n’y en n’a point. Courrez-y !

©Photos: Evelyne Deseau

En attendant Bojangles
D’après le roman d’Olivier Bourdeaut
Adaptation et m.e.s. de Victoire Berger-Perrin

Théâtre de la Luna à 12h45
1 Rue Séverine, 84000 Avignon

Related posts:

About Angelo Corda

Angelo Corda est un auteur français. Scénariste, il écrit aussi pour le théâtre ainsi que pour plusieurs médias.

Laisser un commentaire

*