Promenade dans un lieu unique en Martinique, LE JARDIN DE BALATA

  

Par Patricia MASTAIL

 

C’est à une promenade découverte dans un jardin unique que nous vous convions. Sur les hauteurs de Fort-de-France, dans cette belle île de la Martinique, le Jardin de Balata s’étale tel un bijou niché dans un écrin de verdure, avec ses splendides vues.

 

 

Vue après vue donnant sur les Pitons du Carbet, la Ravine de Balata, la Baie de Fort-de-France, vous découvrez une nature exubérante. Une nature aux mille formes et couleurs, façonnée et mise en harmonie par un collectionneur passionné, Jean-Philippe Thoze. Ce jardin, il a su le mettre en scène à partir de 1982 avec des éléments de sa propre collection de plantes et de fleurs, enrichie au fil des ans avec des spécimens de végétaux découverts et ramenés de ses voyages. C’est en 1986 que le jardin accueillera, pour la toute première fois, le public.

 

 

L’histoire et la présentation du jardin d’entrée de jeu sont déclinées dans un film proposé au visiteur dans une maison à l’architecture créole, où une salle de projection a été aménagée. Jean-Philippe Thoze à l’écran, presque en aparté, nous fait découvrir le jardin, comme une promenade. Il a voulu imaginer et composer des paysages afin de surprendre le visiteur. On retient de ses mots : « C’est un jardin d’inspiration qui est venu au fur à mesure et qui n’a pas été dessiné… On ne peut faire un jardin sans émotion… Un jardin se regarde pousser. Il faut de la patience… J’aime comparer le peintre et le paysagiste. Un peintre ne peut peindre sur une toile chiffonnée, il la détend. Le paysagiste prépare le terrain, travaille le modelage. Sur cette toile, on peut tout imaginer…».

 

 

 

Alors, laissez-vous guider dans toutes les parties du jardin. Le sens de la visite vous est indiqué. Et là, ouvrez les yeux !

 

En partant de la maison créole, décorée de meubles traditionnels, de costumes d’antan, d’objets, de gravures, de bouquets tropicaux, vous pénétrez dans ce cadre enchanteur où arbres du voyageur, massifs de bégonias, cycas, cactées vous accueillent.

 

 

Dans un tableau saisissant, les diverses variétés de plantes broméliacées d’Amérique du Sud (plantes épiphytes), pandanus panachés, dracaenas, fougères, nichées à l’ombre de l’ancienne bergerie du site, vous surprennent.

 

 

Tout au long de cette visite, vous découvrez des collections d’oiseaux du paradis, d’hibiscus, d’ixoras… Dans les sous-bois, les fleurs tropicales aux couleurs poudrées ou toniques se côtoient, comme les balisiers, les anthuriums, les roses de porcelaine.

 

 

  

 

Des variétés de palmiers s’offrent à vous, avec leur contraste, dans les rayons du soleil et sous le ciel bleu.  Avec une collection d’une centaine d’espèces, le jardin s’illustre avec les plus beaux spécimens : palmiers royaux, palmiers phénix, palmiers multipliants qui bordent les allées. Une perspective voulue par le créateur du jardin.

 

 

 

 

Le jardin prend de la hauteur avec la canopée où les arbres géants, mahoganys, fromagers « arbres fétiche des jeteurs de sort ». Dans ce jardin se dessine un tableau avec des variétés, dont les plus réputées, le bakoua avec son feuillage caractéristique et le ficus aux racines aériennes, enchevêtrées et corpulentes.

 

 

 

Incitation à la flânerie et à la rêverie, les visiteurs ne tarissent pas d’éloges, à l’instar de quelques-uns rencontrés sur place, comme cette famille « ce jardin est merveilleux,  avec son agencement et son entretien. Nos enfants ont adoré le lieu » ou ce groupe d’amis, « il y a tellement de variétés de fleurs, c’est un très beau jardin, cela vaut le détour ».

 

  

 

Dans cette fraîcheur humide et boisée, quelques végétaux exhalent des parfums subtils. Et, si vous êtes attentifs et prêtez l’oreille, vous rencontrez une faune variée typique des Antilles : colibris, anolis (lézards), grenouilles, poissons… Ce qui ajoute au charme de ce jardin et lui invente un doux fond musical.

Alors, arrêtez-vous de temps en temps, retournez-vous pour admirer tous ces tableaux. En fin de parcours, près des bassins, l’élégance des nymphéas exotiques vous ravira à coup sûr. Jean-Philippe Thoze, d’ailleurs, lors de ses voyages en Asie, tombe sous le charme des bassins japonais. Il dessine un jardin dans cet esprit en mariant le rose des azalées et le vert des nénuphars.

 

 

Beaucoup de richesses peuvent être encore découvertes, par exemple, des bambous dont la taille vertigineuse impressionne. Autre belle surprise, dans une autre tranche du jardin en fin de visite, cet arbre aux multiples fleurs avec sa flopée de colibris virevoltants et butineurs.

 

 

En sortant de la visite et de ce lieu ressourçant, on est envahi par une sérénité. La symbiose et la magie opèrent avec ce jardin dont la luminosité, la palette de couleurs et l’originalité des formes de certaines espèces vous projettent bien dans ce lieu fascinant en Martinique, comme nulle part ailleurs. Le jardin de Balata, un lieu paradisiaque créé par un artiste qui a su imaginer cette mise en scène avec des espèces répertoriées et présentées dans un parcours pédagogique. Un patrimoine pour la Martinique à préserver à tout prix. À n’en pas douter, un lieu exceptionnel, un monde fascinant de la biodiversité à découvrir ou re-découvrir.

 

 

Le Jardin de Balata, une histoire

Jean-Philippe Thoze achète à sa famille, le site. Au départ une maison aux allures de maison de campagne et de ferme, puis de résidence secondaire. Mais le domaine sera laissé à l’abandon pendant dix ans. Jean-Philippe Thoze redécouvre alors les terres de Balata et en tombe littéralement amoureux. Il défriche la savane autour de la maison, où il avait l’habitude de conserver et de mettre en terre les plants et spécimens rapportés, et crée au fil du temps ce jardin. Ouvert pour la première fois au grand public, le 19 avril 1986, le jardin abrite aujourd’hui un peu plus de 3 000 espèces tropicales et tient son nom des nombreux arbres existant autrefois en ces lieux. Ce site est l’un des plus fréquentés de Martinique et constitue l’un des plus beaux fleurons de notre patrimoine.

 

 

Jean-Philippe Thoze, un passionné

Décès à l’âge de 76 ans, le 23 novembre 2017.

Jean-Philippe Thoze est le fondateur du Jardin de Balata. Son métier d’horticulteur le place à la tête d’une entreprise de paysagisme. C’est aussi un passionné et un collectionneur.

 

Rédactrice Patricia MASTAIL

Secrétaire de rédaction: Colette FOURNIER

Pluton-Magazine/2018

 

 

Pour en savoir plus :

site : http://www.jardindebalata.fr

Remerciements à M. Benoît Cassius de Linval, Directeur du Jardin de Balata

Photos : Jardin de Balata de Martinique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related posts:

Laisser un commentaire

*