Le marché de l’immobilier : quelques points à retenir

Mieux que 2014 mais pas tout à fait ce qu’on escomptait pour 2015, le marché de l’immobilier résidentiel intéresse les investisseurs mais  ceux-ci ne sont pas emballés pour autant. Divers facteurs ont contribué à cela malgré une augmentation des ventes, des prix corrects et des taux de crédit favorables comme l’attestent les banques.

brete1 Si dans l’ancien on constate une augmentation de 10% sur an il n’y a rien d’extraordinaire par rapport  à 2010-2011. Mais cela devrait quand-même être mieux que 2014.(Anne Sophie Vion)

Les acheteurs sont prudents et on ne peut pas leur donner tort. La situation mondiale est volatile depuis ces dernières années. Quant aux vendeurs, ils ont baissé leurs prétentions et, sauf cas exceptionnel, on ne retrouve plus de prix excessifs. A cause des attentats et du climat d’insécurité qui règne ces temps-ci, les investisseurs étrangers sont méfiants et les ménages français hésitent à se lancer dans des prêts d’achat.

Dans le neuf, on assiste a une reprise spectaculaire  des ventes de  logements locatifs. En Provence on assiste à une légère augmentation mais pas partout. Bordeaux est stable par exemple.

 brete4

Depuis l’introduction de la nouvelle loi sur les locations en septembre 2014,  il y a moins de frénésie d’achat de studios à louer à prix intéressant particulièrement à Paris. Les économies sont dépensées ailleurs , les prix des billets low cost et les propositions des hôtels poussent à une consommation différente. On dépense son argent dans des locations de villas au Portugal, des hôtels sur la Côte d’azur ou des weekends à Prague. Ce qui est vraiment beaucoup plus intéressant que de se retrouver à gérer des studios pour lesquels on gagnerait peu pour beaucoup de tracas.

brete

Related posts:

1 comments

Laisser un commentaire

*