Une promenade en poésie (17): Marie-Josée Christien

Ces instants de fusion

Marie-Josée Christien est née en 1957 à Guiscriff dans la Cornouaille morbihannaise en Bretagne. Elle vit à Quimper dans le Finistère. Elle est responsable de la revue annuelle Spered Gouez / L’esprit sauvage qu’elle a fondée en 1991. Egalement critique, elle collabore  régulièrement  à la revue  bimensuelle ArMen et  parfois à Unidivers.

Présente dans une trentaine d’ouvrages collectifs et d’anthologies, elle est traduite en allemand, breton, bulgare, espagnol et portugais. Elle est membre de  la Charte des  Auteurs et  Illustrateurs Jeunesse, de l’Institut International de Géopoétique fondé par Kenneth White, de l’Association des Ecrivains Bretons et de la Société des Gens De Lettres.

Elle est lauréate du Prix Xavier-Grall pour l’ensemble de son œuvre. Le Grand prix international de poésie francophone lui a été décerné en 2016

 

La fenêtre s’ouvre

un écran immense où se tord la nuit

des lambeaux s’échappent

Le reflet du monde va s’éteindre

bien plus loin

 

La suite des jours est incertaine

l’air se met à vibrer

quand le sanglot de la nuit cesse

le temps est soudain clair

comme une goutte d’eau

 

Et le calme du ciel

épuise le courage

qui soulevait nos mains.

 

 

 

Les forces du chagrin

ont atteint leur limite

et mon désir glisse sur la ronde

du temps

mon cœur obscur

jeté aux crevasses du doute

l’œil inquiet qui regarde

de temps en temps

par-dessus l’épaule du soir

si rien ne vient

à la rencontre des regards détournés

.

Tout est tiède dans l’air

Tout est froid dans le cœur

c’est un mélange de mort et de lumières

où les pétales sans odeur

claquent contre les murs où somnole la fièvre.

 

 

 

 

 

Le froid resserre l’étau

des passions clandestines

dans les dentelles tamisées

je dirai le chagrin

qui tissait ma lumière

C’est l’ardeur de vivre

qui dirige

la peur de perdre

de jouer son sort

au moindre bruit

Je n’espère rien du néant

Je n’oublie pas le présent

auquel il me faut tenir tête.

 

Les extraits du temps (Les Editions Sauvages)

Prix des Bretons de Paris 2009

 

 

 

 

 

 

 

Je porte la graine

dans mes racines

Je soumets ma substance

à l’ordre

qu’elle instaure

.

Ces instants de fusion

suscitent la métamorphose.

 

 

 

L’inconnu

qu’il me faudra déchiffrer

arrondit en moi

le silence

de sa sphère

 

Cette aube à l’affût

accueille une autre lumière

où conduit

toute naissance.
Cette effervescente intimité

de soi

avec la gestation vibrante

comprime ma substance

 

 

La vie

frappe en moi.

 

Le Carnet des métamorphoses

(Les Editions Sauvages)

Sur la métamorphose physique et spirituelle de la grossesse, l’attente de l’enfant.


 

  

 

 

 

Je m’immobilise

pour ne pas détruire

la furie minutieuse des atomes

 

La hâte

égare

la précision des sens

 

consume l’éveil.

 

 

 

 

 

 

Dedans dehors

ma mémoire

élargie d’échos

s’attarde

vers des issues lointaines

.

Je me tiens debout

pour ne pas m’égarer.

 

 

 

 

 

 

Épuisée

par un regard attentif

la nuit comme un fantôme

se disloque lentement

le halo des rêves

toujours

hors d’atteinte.

Temps morts (Les Editions Sauvages)

Eloge de la lenteur et des temps morts.

 


  

 

 

La terre durcie

craque

comme du papier de soie

la clarté liquide

que le froid change en glace

se coagule

en terres évanouies

le soleil éparpille

le frisson noir du corbeau

sur la neige

l’hiver exalte

une force immatérielle.

 

 

Un résidu de lumière

entre les ombres

et le vide

énonce la couleur glacée

d’un hiver dense

 

 

exaspéré par l’espérance.

 

 

Le demi-jour

tombe comme un flocon

dans la neige

les arbres se figent

au-delà des vitres

.

dans l’écartèlement

du jour et de la nuit

chaque atome du silence

irrigue la lucidité

.

On entend la vie immobile.

 

 

Entre-temps précédé de Temps composés

(Les Editions Sauvages)

Alignements du Grand Ménec

(Carnac)

 

 

 

 

 

Quand le soir

se fait furtif

 

 

la clarté pure de la pierre

s’allume.

 

 

 

 

Le hasard

étonnant de silence

illumine la nuit taciturne

qui nous lie

.

C’est le temps même qui se retire.

 

 

Un monde de pierres

(Les Editions Sauvages)

Sur les mégalithes de Bretagne et d’Irlande.


La poésie affronte toutes les questions qui bousculent les certitudes. Elle porte ainsi en elle l’essence de la vie.

Ceux qui associent la poésie à la rêverie et à l’imaginaire en sont bien éloignés.  Que dire de ceux qui en parlent comme d’une détente ou d’un loisir !

La poésie a pour domaine le réel et bien au-delà.

Le réel est bien plus que la réalité observée.

Le réel est ce qui nous entoure, tel qu’il est convoqué et compris par notre corps et nos sens, notre intelligence, notre intuition et notre imagination la plus perçante.

Le réel n’est pas la plate consignation du quotidien où se complaisent certains auteurs d’aujourd’hui.

Par le paysage, nous pouvons accéder au réel.

La poésie n’a pas pour but d’expliquer le monde mais de le vivre intensément, et par là espérer le comprendre.

 

 

Petites notes d’amertume

(Les Editions Sauvages)

Réflexions, pensées et aphorismes.

 

 

 

 

 

Repères biographiques

Marie-Josée Christien, née en 1957 dans le Morbihan, vit à Quimper en Bretagne. Poète, critique et collagiste, elle est responsable de la revue annuelle  Spered Gouez / l’esprit sauvage qu’elle a fondée en 1991. Elle a dirigé aux éditions Spered Gouez plusieurs ouvrages hors-série dont Femmes en littérature. Depuis 2015, elle y dirige et conçoit la collection Parcours.

Membre de la SGDL, de la Charte des auteurs jeunesse et de l’Association des Ecrivains Bretons, elle a publié une vingtaine d’ouvrages. Elle a collaboré pour des livres ou des tirages d’artistes avec Francis Rollet, Sophie Degano, Laodina et Serge Marzin.

En tant que critique, elle collabore régulièrement à la revue bimensuelle ArMen et parfois au magazine sur internet Unidivers. Ses articles et chroniques sont également accueillis dans les revues Interventions à Haute Voix et Les Cahiers du Sens.

 

 

Elle coorganise depuis 2013 avec les poètes Louis Bertholom et Gérard Cléry des rencontres-lectures mensuelles, « Les rendez-vous de Max »,  dans l’ancienne maison de Max Jacob à Quimper (« Chez Max », label « Maisons des Illustres », décerné par le Ministère de la Culture).

Présente dans une trentaine d’anthologies et d’ouvrages collectifs, traduite en allemand, bulgare, espagnol, portugais et breton, elle est lauréate pour l’ensemble de son œuvre du Prix Xavier-Grall. Elle a également reçu en 2016 le Grand prix international de poésie francophone pour l’ensemble de son œuvre et son engagement dans la promotion de l’expression poétique.

 

La revue Chiendents (http://lepetitvehicule.com/categorie-produit/chiendents/) lui consacre son n°118, paru début 2017. Présenté par Gérard Cléry, il comprend des articles de Guy Allix, Bruno Sourdin, Michel Baglin, Jacqueline Saint-Jean, Jean Chatard et Luc Vidal, un entretien et un choix de textes dont des inédits.

 

 

Bibliographie

 

Aspects du canal, Sac à mots éditions

Conversation de l’arbre et du vent (photographies de Jean-Yves Gloaguen), collection poésie jeunesse A la Cime des mots,  Editions Tertium, liste de référence 2013 du Ministère de l’Education Nationale

Constellations, tirage limité en typographie, Atelier de Groutel

Correspondances, recueil  à deux voix avec Guy Allix, collection Dialogue, Les Editions Sauvages

Entre temps précédé de Temps Composés (illustrations Marc Bernol), collection Phénix, Les Editions Sauvages

Fenêtre sur nuit (peintures de Babeth Leroy), éditions de La Lune bleue, tirage limité à 50 exemplaires numérotés et signés

L’attente du chat (illustrations de Laëtitia-May Le Guélaff), collection Askell, Les Editions Sauvages

La poésie pour viatique (articles sur l’auteur, entretien, choix de textes dont inédits), Chiendents n°118

Lascaux & autres sanctuaires, Jacques André Editeur

Le carnet des métamorphoses (préface et illustrations de Jacky Essirard), collection Askell, Les Editions Sauvages

Les extraits du temps (préface de Guy Allix, collage de l’auteur en couverture), collection Askell, Les Editions Sauvages, Prix des Bretons de Paris

Petites notes d’amertume (préface de Claire Fourier, illustrations land art de Roger Dautais), collection La Pensée Sauvage, Les Editions Sauvages

Pierre après pierre / Maen goude maen, d’après les encres de Didier Collobert, Les Chemins Bleus

Quand la nuit voit le jour (photos de Yann Champeau),  collection poésie jeunesse A la cime des mots, Tertium éditions

Temps morts (préface de Pierre Maubé, illustrations de Denis Heudré), collection Askell, Les Editions Sauvages

Un monde de pierres, suivi de Steudadoù Karnag (traduction Jil Penneg), préface de l’archéologue Pierre Gouletquer,  nouvelle édition augmentée, collection Phénix, Les Editions Sauvages

Livres et tirages d’artistes : avec Sophie Degano, Serge Marzin (Atelier An Awen),  Loadina (Collection Daniel Leuwers) et Francis Rollet (L’Autre Rive).

 

 

Anthologie et ouvrages collectifs

 

Marie-Josée Christien est présente dans une trentaine d’anthologie et d’ouvrages collectifs, dont :

 

Au fond de nos yeux #1, portraits d’Yvon Kervinio, L’Aventure Carto, 2017

Eloge et défense de la langue française, anthologie  de Pablo Poblete et Claudine Bertrand, éditions Unicité, 2016

Quimper des écrivains, direction Alain-Gabriel Monot, éditions Alexandrines, 2016

Auteurs des péninsules, 30 portraits en  Bretagne par Alain-Gabriel Monot et Catherine Le Goff,  éditions Locus Solus, 2015

Liberté de créer, liberté de crier (direction Françoise Coulmin / Pen Club), Editions Henry, 2014

Appel aux riverains de Christophe Dauphin, Les Hommes sans Epaules, 2013

Xavier Grall parmi les siens dirigé par Jacques Basse, Rafael de Surtis Editeur, 2013

Traversée d’Océans, Voix poétiques de Bretagne et Bahia, anthologie bilingue, éditions Lanore, 2012

L’Athanor des Poètes, anthologie 1991-2011 de Jean-Luc Maxence et Danny-Marc, Le Nouvel Athanor, 2011

Zeit zum Leben/ Le temps de vivre: 21 poètes de Bretagne, anthologie bilingue, traduite en allemand par Rüdiger Fischer, Editions En Forêt, 2010.

L’expérience poétique, regards croisés de 51 poètes contemporains, Saraswati n°11, 2009

Promenades littéraires en Finistère, par Nathalie Couilloud, Coop Breizh & Conseil général du Finistère, 2009

Visages de poésie, portraits au crayon & poèmes dédicacés de Jacques Basse, Tome 2, Rafael de Surtis, 2009.

Poesia francesa de la region de Bretana, anthologie bilingue de poètes de langue française de la région Bretagne, sélection de Chantal Bideau, traduction en espagnol par Silvio Mattoni, éditions Vox, Argentine, 2009

L’Année poétique 2008, Editions Seghers.

Cinq voix de Bretagne, présentation de Jacqueline Saint-Jean, Encres Vives, 2007

Poésie de Bretagne de Max Pons, La Barbacane, 2002

Usage de Salah Stétié, direction Bruno Geneste et Yann Le Bihan, Editions Blanc Silex, 2001

Mille poètes, mille textes brefs, direction Michel-François Lavaur, L’Arbre à Paroles, Belgique, 1997

 

 

Liens

 

Site personnel : http://mariejoseechristien.monsite-orange.fr

Revue Spered Gouez / l’esprit sauvage : http://speredgouez.monsite-orange.fr

Wikipédia http://fr.wikipedia.orgPluton-Magazinewiki/Marie-Jos%C3%A9e_Christien

Anthologie subjective de Guy Allix : http://anthosuballix.canalblog.com/pages/marie-josee-christien/27590451.html

Dossier d’articles sur Marie-Josée Christien sur Texture  (par Michel Baglin, Lucien Wasselin et Georges Cathalo) : http://revue-texture.fr/-CHRISTIEN-Marie-Josee-.html

 

 

©Une promenade en poésie/2017

©Pluton-Magazine

 

 

Related posts:

Laisser un commentaire

*